Pékin a décidé de sortir les muscles en France. Dimanche soir, une déclaration du Porte-parole de l’Ambassade de Chine en France a été publiée sur internet. Dans ce texte les autorités chinoises critiquent la possibilité que la France pénalise Huawei dans le déploiement de la 5G et menace de prendre des mesures de rétorsion.

La 5G par Huawei pourrait être exclue d’une dizaine de villes stratégiques

Sur la très épineuse question du rôle de fournisseur d’antenne 5G de Huawei la France s’est décidée à la subtilité, l’inverse des États-Unis de Trump qui ont interdit purement et simplement l’entreprise chinoise.

La France a adopté en 2019 une loi laissant à Matignon, à Édouard Philippe, la décision d’autoriser ou non le matériel installé selon des critères de « Défense nationale ». L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information opère actuellement dans le but de déterminer si oui ou non, Huawei pourrait offrir une porte dérobée à la Chine dans le futur réseau 5G français.

Dans les faits, pour le moment les équipements 5G de Huawei ne sont pas interdits dans l’Hexagone, pas plus qu’en Europe. Orange a toutefois décidé de ne pas utiliser la technologie de l’entreprise chinoise au bénéfice de ses concurrents européens Ericsson et Nokia. Cette dernière équipera également Free tandis que SFR et Bouygues pourraient utiliser les technologies de Huawei.

En attendant, dans les médias français plusieurs théories ont émergé sur les dispositions que pourrait finir par prendre la France. Les équipements 5G Huawei pourraient être interdits dans un certain nombre de villes : celles avec des lieux de pouvoirs (Paris fera sans doute partie des villes interdites), des bases militaires ainsi que toute zone ayant un intérêt stratégique national.

Par ailleurs les autorisations d’utilisation pourraient être plus restreintes pour Huawei que pour ses concurrents européens Ericsson et Nokia. Une possible décision qui passe mal du côté de l’Ambassade « Nous en sommes profondément choqués et inquiets ».

La Chine nie tout espionnage et menace

Pour la Chine, la question est économique. Huawei, comme son pays d’origine, a toujours nié utiliser des portes dérobées dans les technologies vendues dans le monde, « En réalité, les équipements 5G de Huawei sont totalement fiables et n’ont jamais présenté aucun risque technique ou sécuritaire ».

Le message du porte-parole est clair, toutes les entreprises en concurrence doivent être traitées de la même façon, « Une différence de traitement des entreprises selon leur pays d’origine constituera une discrimination patente et un protectionnisme déguisé ».

Pour donner du poids à son message, l’Ambassade de Chine n’hésite pas à menacer directement la France et l’Union européenne au travers d’Ericsson et de Nokia, « Nous ne souhaitons pas voir le développement des entreprises européennes dans le marché chinois affecter à cause de la discrimination et du protectionnisme de la France et d’autres pays européens à l’égard de Huawei », explique le communiqué. Pas sûr que cela aide les pays européens ou le gouvernement français à maintenir sa confiance envers Huawei.