Malgré un contexte social tendu pour les commerçants, les points de vente de proximité et éco-responsables poussent comme des champignons : épiceries solidaires, en vrac, boutiques de vêtements au kilo, supérettes de quartier, épiceries fines… Et, pour booster leur chiffre d’affaires, nombre d’entre eux n’hésitent plus à combiner ventes en ligne et en boutique physique. Mais avant d’y parvenir, il est indispensable de poser les bases d’une bonne gestion de magasin. En voici les clés…

1. La vocation avant la gestion du magasin

Loin des images d’Épinal, le métier de commerçant est un métier difficile et exigeant. Quel que soit votre secteur d’activité, il nécessite souvent de se lever très tôt, de finir tard, de travailler les week-ends, de décaler voire d’annuler vos congés d’été… C’est donc un choix de vie qui impacte inévitablement votre famille personnelle.

Outre cet aspect organisationnel, la gestion de magasin exige quelques talents relationnels pour séduire et fidéliser votre clientèle, comme vous pouvez le voir sur le site Fastmag. Il nécessite aussi de savoir convaincre banque et fournisseurs, notamment dans le cadre de demandes de remises et de délais de paiement.
Enfin, ouvrir un magasin est une vision de long. Oubliez donc les salaires mirobolants dès la première année ainsi que les ROI optimisés dès les premiers mois de fonctionnement.

2. La bonne idée au bon emplacement

Vous l’avez sûrement remarqué, les produits de piètre de qualité importés d’Asie n’ont plus l’aura d’autrefois. La démocratisation de la consommation est arrivée à un tel niveau que les clients, devenus de vrais consum’acteurs, commencent à les bouder au profit d’enseignes donnant du sens à leurs actes d’achat. Cela est d’autant plus vrai dans les centres urbains où la proximité est de plus en plus recherchée, et ce, qu’il s’agisse des secteurs de l’alimentation ou de l’habillement.

Avant donc de vous projeter dans la gestion du magasin, il est essentiel de trouver la bonne idée business, une idée ayant du sens et favorisant la proximité. Vient ensuite le choix de l’emplacement régi par des règles intemporelles :

  • Accessibilité de votre boutique (parking, rue piétonne…)
  • Adéquation entre produits et cible visée
  • Fréquentation de votre zone d’implantation
  • Projets d’aménagements nécessitant ou non des travaux sur votre zone

3. Un business plan bien pensé

Le contexte social actuel n’incite pas vraiment à se lancer dans la gestion de magasin. Pourtant, force est de reconnaitre que certains besoins essentiels à notre quotidien doivent être satisfaits : se nourrir, se vêtir, aménager son intérieur… Dans cet esprit, on peut dire que si l’on trouve un concept original, qui a du sens et couvrant l’un de ses besoins, on a déjà fait une partie du chemin. Mais, cela ne suffit pas.

Une bonne gestion de magasin favorisant une croissance pérenne s’appuie sur un business plan bien pensé.
Indispensable pour convaincre des organismes financiers de vous suivre dans votre aventure entrepreneuriale, le business plan permet surtout de :

  • baliser votre projet en amont et en aval de la mise en place de votre commerce ;
  • consigner les résultats des interviews de vos potentiels clients et de votre étude de marché le choix de votre emplacement, votre positionnement (prix, services, produits…) ;
  • mettre en évidence le potentiel de rentabilité de votre boutique en intégrant notamment ;
  • définir en chiffres une stratégie d’acquisition de votre clientèle.

Si tous ces éléments sont au vert, lancez-vous ! Dernier conseil : que vous soyez seul à vous lancer dans la gestion de magasin ou non, vous ne pouvez plus faire l’impasse d’un logiciel de caisse agile et intégrant différentes fonctionnalités pour vous aider au quotidien : gestion des stocks, relances clients, inventaires, caisse et édition d’éléments comptables… Choisir les bons outils optimise votre gestion de magasin, car ils vous permettent d’automatiser de nombreuses tâches, notamment la relation client.