L’an passé, Qualcomm risquait de payer une lourde amende à l’Union Européenne pour avoir abusé de sa position sur le marché des puces 3G, en 2009 et 2011. Aujourd’hui, comme le révèle Reuters, Qualcomm est de nouveau dans le viseur de l’Union Européenne, à nouveau pour un potentiel comportement anticoncurrentiel.

Qualcomm affirme faire l’objet d’une enquête de la Commission européenne

Mercredi, Qualcomm a déclaré qu’il répondait actuellement aux questions de la Commission européenne dans le cadre d’une enquête à son encontre. Il est reproché au fabricant d’avoir probablement usé de sa très bonne position sur le marché de la 5G pour se faire une place sur celui des modules de radiofréquences.

La société qui fabrique de nombreux composants, conçoit notamment des puces 5G destinées aux smartphones. Et c’est là que le fabricant aurait abusé de sa position, il aurait en effet essayé de persuader les fabricants de téléphones d’acheter ses puces et les modules de radiofréquences associés. Qualcomm pourrait avoir réussi à convaincre les fabricants puisque les dirigeants de l’entreprise ont déclaré que les revenus du marché des radiofréquences ont contribué à dépasser leurs attentes en terme de ventes.

Le fabricant dépense beaucoup en amendes…

Dans leur annonce, les dirigeants de Qualcomm ont dit que l’amende pourrait aller jusqu’à 10% de ses revenus annuels. Et si la Commission Européenne jugeait Qualcomm coupable de l’abus de position, le fabricant serait alors à nouveau condamné en Europe.

Déjà en juillet dernier, le fabricant avait écopé d’une amende de 242 millions d’euros par la Commission Européenne. Quelques mois auparavant, c’est la justice américaine qui l’avait dans son viseur. En 2018, c’était une amende de 997 millions d’euros qui avait été donnée à Qualcomm car il avait payé Apple afin qu’il n’utilise que ses puces.

Globalement, Qualcomm est souvent pénalisé pour ses pratiques anticoncurrentielles. Cependant, le fabricant semble avoir un avantage : sa technologie est meilleure que celle de ses concurrents, et dans son cas, les enquêtes à son encontre ne ralentiront probablement pas ses progrès.