Un chariot et 99 téléphones, c’est tout ce qu’il a fallu à un homme pour tromper Google Maps. Cette petite farce prouve que l’application de la firme de Mountain View est encore loin d’être infaillible.

Loin d’être infaillible

Application incontournable pour se déplacer, Google Maps ne cesse de s’améliorer avec l’ajout de nouvelles fonctionnalités. Depuis peu par exemple, elle permet d’identifier les rues bien éclairées afin de garantir un trajet sécurisé la nuit. Malgré son succès, Maps connaît aussi des problèmes, c’était notamment le cas à Sydney au mois de juillet 2019, quand un nouveau tunnel n’avait pas été référencé sur l’application, créant la confusion dans la ville australienne.

Simon Weckert, un artiste originaire de Berlin qui se spécialise dans l’impact de la technologie sur nos vies, a fait une petite blague pour révéler une nouvelle faille de l’application de Google. Pour cela, il a utilisé 99 smartphones de seconde main et les a transportés dans un petit chariot le long d’une rue, sans oublier de les connecter sur Maps.

Bernée par un chariot

En effet, Google Maps localise les téléphones connectés sur l’application afin d’analyser le trafic. Lorsqu’elle repère de nombreux mobiles situés sur une même route, elle déduit logiquement que beaucoup de véhicules s’y trouvent, et donc qu’un embouteillage s’y est formé. La route s’affiche alors en orange ou en rouge sur Maps afin de prévenir les automobilistes du contretemps qu’ils risquent de subir.

L’astuce de Simon Weckert a eu exactement le même effet : comme on peut le voir sur la vidéo, la route qu’il empruntait est devenue rouge sur l’application. Elle était pourtant déserte, mis à part quelques véhicules et un homme se déplaçant avec son chariot…

Google prend note

Maps est encore incapable de différencier les personnes se déplaçant en voiture de ceux qui marchent. Contactée par le site spécialisé 9to5Google, Google a pris cette blague à la rigolade, et a affirmé qu’elle allait s’en servir afin de bonifier son application de navigation : “Les données de trafic dans Google Maps sont actualisées en permanence grâce aux informations provenant de diverses sources, y compris les données agrégées et anonymisées d’utilisateurs qui ont activé les services de localisation et les contributions de la communauté Google Maps. Nous avons lancé la possibilité de faire la distinction entre les voitures et les motos dans plusieurs pays, dont l’Inde, l’Indonésie et l’Égypte, mais nous n’avons pas encore ajouté le chariot. Nous apprécions les utilisations créatives de Google Maps comme celles-ci, car cela nous aide à améliorer le fonctionnement des cartes au fil du temps”.

Espérons que Google parviendra à corriger cette légère faille, car la farce de Simon Weckert pourrait en inspirer plus d’un…