Byte est lancé depuis quelques jours seulement et s’est très rapidement transformé en une cible pour les spams. Il est rapidement devenu commun, sur l’application, de voir de nombreux commentaires incitant les spectateurs à s’abonner à des comptes ou à s’échanger des likes. Selon TechCrunch, ces pratiques auraient permis à l’application de passer, déjà, le seuil du million de téléchargements.

1,3 million de téléchargements en une semaine seulement

Le successeur de Vine, l’application disparue fin 2016, mais dont le retour était annoncé depuis longtemps connait un départ remarquable, malgré de nombreux problèmes, notamment de spams.

En une semaine seulement, Byte a été téléchargée 1,3 millions de fois. Les utilisateurs sont majoritairement américains, ils ont téléchargé 912 000 fois l’application, ce qui représente 70% des installations. Viennent ensuite les Britanniques et les Canadiens, ils ont respectivement permis 7% et 6% des installations de l’applications.

Concernant le support, au moins 950 000 téléchargements ont été faits pour un appareil iOS, et le reste sur Android. Comparé à Vine, son prédécesseur, le succès est flagrant. En une semaine, Vine avait atteint 775 000 téléchargements sur iOS seulement. Dans la même période, Byte a convaincu 950 000 utilisateurs d’Apple et 350 000 utilisateurs d’Android. La nouvelle application pourrait donc être plus populaire encore que l’ancienne.

Comparaison du nombre de téléchargements la première semaine entre Vine et Byte

Comparaison du nombre de téléchargements la première semaine entre Vine et Byte. Image : Siècle Digital. Source : Sensor Tower.

Les problèmes se sont malgré tout succédés pour Byte

Le premier problème dont nous avons entendu parler a été celui des spams en commentaires. De nombreux bots se sont précipités pour déposer des commentaires sous les vidéos, demandant que les autres internautes les suivent ou les poussant à faire des échanges de like. Dans le même temps, des utilisateurs se sont empressés de récupérer des noms connus, tels que ceux de célébrités, comme Taylor Swift, Donald Trump ou même Elon Musk. À ce propos, Byte a assuré réaliser un nettoyage juste après avoir reconnu le problème. Suite à cela, il ne serait pas inutile de voir un système de certifications se déployer, mais sur quels critères ?

Un problème encore plus important a touché Byte : la tranche d’âge minimum, de 12 ans et plus. Des vidéos de jeunes ados se sont rapidement retrouvées à côté de celles d’adultes à l’humour quelque peu différent. Après avoir observé des soucis de contenus pouvant heurter les plus jeunes, Byte a finalement imposer l’âge minimum de 17 ans pour l’application.

Enfin, le dernier souci observé par Byte est que la plupart du contenu posté de l’application n’est pas un contenu original, il vient d’une autre application. Il s’agit ainsi de vidéo YouTube, de contenus TikTok ou encore de bouts de vidéos trouvées sur Snapchat.

Reste maintenant aux équipes travaillant sur l’application de prendre tous ces éléments en compte pour régler l’ensemble des problèmes, et il serait sans doute judicieux de penser à constituer une équipe pour veiller à ce que le contenu publié sur l’application reste correct. Quant à faire de l’ombre à TikTok, le travail risque d’être encore un peu long.