L’être humain a toujours eu à cœur d’innover. On assiste aujourd’hui à une accélération technologique avec des technologies émergentes qui, de la 5G à l’IA, de l’IdO à l’informatique quantique, composent les unes avec les autres et se combinent pour élargir le champ des possibles et créer de grandes quantités de données. Avec près de 2,5 quintillions d’octets de données créés quotidiennement selon les estimations, notre vie est de plus en plus entre les mains de la technologie. À mesure que le champ des possibles s’élargit, il nous appartient donc, en tant qu’innovateurs, de prendre nos responsabilités, de veiller à ce que la technologie soit au service des personnes pour lesquelles elle est conçue et inspire confiance.

Si nous élaborons des modèles informatiques aptes à produire des voitures autonomes, diagnostiquer des cancers et détecter la fraude dans des circuits financiers complexes, nous devons dans le même temps être en mesure de garantir un processus décisionnel qui minimise les partis pris et les effets négatifs et exploite les données de manière à améliorer les expériences proposées et le bien commun – tout en respectant les normes en matière de vie privée, de protection des données et de sécurité des réseaux.

Les années 2010 ont été marquées par une croissance extraordinaire de l’interconnexion. Le marché s’est davantage intéressé à la rapidité et au degré de développement potentiels des nouveaux acteurs technologiques qu’à leur impact global sur la société. L’époque où les choses allaient vite et où tout volait en éclat est peut-être révolue. La réussite comme l’échec sont aujourd’hui avant tout affaire de confiance, mais le monde de la technologie commence tout juste à le réaliser.

Le service d’analyse de Harvard Business Review et Mastercard ont récemment mené une enquête auprès de cadres supérieurs du monde entier afin d’identifier les principaux moteurs de l’innovation. Cette étude a révélé un décalage important entre ce que souhaitent les consommateurs et ce que les entreprises pensent que les consommateurs recherchent. Pour les entreprises, les clients sont friands d’innovations qui permettent de réduire les coûts, d’améliorer les délais de livraison, d’offrir des services personnalisés ou qui sont compatibles avec les formats mobiles. La protection de la vie privée arrive en cinquième position sur la liste. Mais reste la question de savoir ce que veulent réellement les gens ?

Les consommateurs veulent certes payer moins cher, mais sont en second lieu en quête d’innovations aptes à préserver la confidentialité de leurs données.
Le Trust Barometer d’Edelman, le baromètre annuel de la confiance et de la crédibilité de l’agence Edelman, révèle cette année qu’être compétent ne suffit pas, selon les entreprises, à gagner la confiance du public. Les dimensions de la confiance liées à l’éthique, telles que l’intégrité ou la finalité, sont en effet trois fois plus importantes que la compétence.

Qu’est-ce que cela implique pour la prochaine décennie ? Il faudra évaluer les technologies émergentes – et leur interaction avec les technologies existantes – en fonction de leur impact sur la société et trouver un moyen optimal d’utiliser de manière sûre et intelligente les données qui sont générées à des vitesses record.

Et surtout, il est important de redéfinir la notion de croissance en revoyant notre manière de créer de la valeur en lien avec les gouvernements, les start-up et les entreprises en place – et en mettant l’accent sur la confiance avant tout.
Dans un contexte de croissance exponentielle des données, il nous appartient de traiter les données de manière appropriée et de nous assurer que les algorithmes alimentés par ces données et utilisés dans le domaine de l’IA sont conçus et contrôlés de façon à réduire au minimum les partis pris et les discriminations. Il faut mettre en place des mesures de protection des consommateurs réalisables compte tenu du degré de connectivité présent dans nos vies. Cela passe par une collaboration étroite entre tous les acteurs de l’écosystème numérique, qu’il s’agisse d’une exigence réglementaire ou non.

Il est important de tenir compte de l’impact de l’innovation lorsque nous créons des expériences dont les consommateurs ont envie. Parce qu’il ne faut pas porter atteinte à la vie privée pour de simples raisons de commodité. Parce qu’on ne peut pas gagner en rapidité au détriment de la sécurité. Parce que le potentiel humain d’innovation doit être contrebalancé par le besoin tout aussi humain de pouvoir faire confiance.