Le marché français de la publicité digitale s’est élevé à 5,86 milliards d’euros en 2019 ; une nette progression de 12% par rapport à l’année précédente. De fait, tous les leviers existants sont en croissance : +9% pour le Search, +21% pour le Social et +13% pour le Display. Quant à l’affiliation, l’e-mailing et les comparateurs, une hausse de 7% a également été observée. D’importantes progressions qui sont révélées à travers une étude du SRI (Syndicat des Régies internet).

Tous les leviers sont en croissance

Le Search (+9%) est le levier qui continue de dominer le marché puisqu’il représente à lui seul 42% des dépenses des annonceurs, soit 2,47 milliards d’euros. À noter que 63% des recettes Search sont réalisées sur Mobile. Enfin, le Retail Search, qui est commercialisé par les retailers tels qu’Amazon ou CDiscount sur leurs propres plateformes, connaît également une croissance importante de 39%, représentant ainsi 7,7% de ce levier.

Le Social (+21%) est le second levier de la publicité digitale puisqu’il représente 25% du marché, soit 1,44 milliards d’euros. Malgré un important ralentissement de sa croissance par rapport à l’année 2018, il reste en 2019 le levier ayant la plus forte progression. En 3ème position, on retrouve le Display (+13%) qui représente 20% du marché, soit 1,16 milliards de dollars. Enfin, les leviers restants (+7%) représentent 13% du marché de la publicité digitale, soit 772 millions d’euros.

Le Display vu de plus près

L’étude s’est focalisée plus en détails sur le Display afin de mieux comprendre ce levier. En terme de formats, la vidéo domine puisqu’elle représente 42% du Display et qu’elle enregistre encore une croissance de 19% par rapport à 2018. Vient ensuite le format classique qui représente 40% du Display et qui enregistre une progression de 4%. S’en suivent les opérations spéciales qui représentent 17% du Display et qui affichent une croissance de 20%. Le format audio ferme la marche avec croissance de 31% ; une progression importante pour ce format encore jeune. Spotify capitalise d’ailleurs sur ce format en utilisant vos données pour choisir les publicités des podcasts que vous écoutez.

L’étude du RSI a également catégorisé le Displey en terme de typologie d’acteurs. L’édition et l’info représentent la catégorie la plus importante (491 M€) avec une croissance modérée de 4,9%. Le streaming vidéo et musical remportent la deuxième place (304 M€) avec une croissance de 16,3%. S’en suit le retail et services (217 M€), avec une progression de 30,8%. Enfin, la radio et la télévision (153 M€) sont en bas du classement mais continuent d’enregistrer une progression de 10,3%.

Enfin, il est à noter que lors de l’achat de publicité Display, le programmatique est désormais à part égale avec le non-programmatique, à 582 millions d’euros, grâce à une croissance de 24%.

La publicité digitale continue son ascension

Cette étude confirme la dynamique du marché de la publicité digitale qui connaît chaque année une croissance de plus en plus importante, quels que soient les leviers. Les annonceurs croient en ces divers formats et les résultats apportés sont à la hauteur de leurs espérances et de leurs investissements. Il y a fort à parier que ce constat se confirme une nouvelle fois en 2020. Sylvia Tassan-Toffola, Présidente du SRI, se prête d’ailleurs volontiers à quelques prédictions quant aux tendances qui vont marquer l’année en cours :

La publicité digitale connaît une belle croissance en 2019 qui porte clairement le marché publicitaire en France, globalement atone. Mais ces bons résultats, comme toujours, recouvrent des réalités différentes, selon les typologies d’acteurs Display. La vidéo, sous toutes ses formes, booste le marché, comme le programmatique, qui est LA grande tendance. Gageons que dans un futur proche, ce mode de commercialisation désormais investi par tous les acteurs du digital, va rapidement s’étendre à tous les médias.