Grâce à la réalité virtuelle, la NASA est parvenue à percer les mystères des groupes d’étoiles. Cette technologie, ainsi que la réalité augmentée, va également permettre des gains de temps considérables lors de la construction de matériel spatial.

Utiles dans de nombreux domaines

Les années 2010 ont été marquées par l’avènement de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle. Ces deux technologies ont principalement été développées dans le milieu du jeu vidéo, qu’elles ont fait évoluer de manière impressionnante. Néanmoins, d’autres domaines en ont bénéficié, à l’image de cet hôpital français qui a utilisé la réalité virtuelle afin de détendre ses patients. Le domaine scientifique n’est pas en reste, puisque la VR permet par exemple d’étudier des cellules de façon particulièrement poussée.

Dans un communiqué, la NASA a détaillé comment elle a usé de ces technologies, entraînant de nouvelles découvertes sur notre univers. Une étude les détaillant en profondeur devrait être publiée prochainement.

Mieux comprendre les groupes d’étoiles grâce à la VR

À l’Institut Goddard de la NASA, des chercheurs ont utilisé la VR pour simuler la vitesse et la direction de 4 millions d’étoiles se trouvant au sein même de la Voie Lactée. “Les planétariums téléchargent toutes les données sur lesquelles ils peuvent mettre la main et font voyager les gens à travers le cosmos. Eh bien, je ne vais pas construire un planétarium dans mon bureau, mais je peux mettre un casque de VR et j’y suis”, a expliqué l’astronome Marc Kushner.

Cette expérience a totalement changé leur compréhension de certains groupes d’étoiles, ils se sont par exemple rendus compte que certaines étoiles étaient mal classifiées et appartenaient en fait à d’autres groupes. L’animation en 3D de leur mouvement a permis de mieux visualiser ces groupes, et donc de déterminer comment ils se sont formés. “Nous trouvons souvent des groupes de jeunes étoiles se déplaçant ensemble, ce qui suggère qu’ils se sont tous formés en même temps”, a ainsi précisé Marc Kushner.

Un grand gain de temps pour les ingénieurs

La réalité virtuelle et la réalité augmentée peuvent aussi être d’une grande aide pour les ingénieurs. La NASA est actuellement en train de travailler sur l’incorporation de ces technologies au projet Restore-L, un vaisseau muni d’outils destinés à améliorer la durée de vie des satellites.

Grâce à la VR par exemple, les ingénieurs vont pouvoir économiser un temps précieux : “Il faut encore construire des maquettes, mais il est possible de travailler sur de nombreuses itérations avant de passer au modèle physique”, a expliqué Thomas Grubb, un ingénieur de l’Institut Goddard. “Ce n’est pas vraiment sexy pour une personne lambda de discuter de l’acheminement des câbles, mais pour un ingénieur, de pouvoir le faire dans un environnement virtuel et de savoir de combien de câblages vous avez besoin et à quoi ressemblera l’itinéraire de ces derniers, c’est très excitant”, a-t-il ajouté.

Selon les chercheurs de la NASA, ces technologies n’en sont qu’à leurs prémices, et devraient à l’avenir devenir monnaie courante dans le domaine de la science. Cela laisse présager de nouvelles découvertes et une meilleure compréhension des fondements de notre univers.