Waymo, spécialiste des voitures autonomes, décide de s’allier au géant de la livraison américain : UPS. Même si les camionnettes Waymo ne livreront pas directement les colis chez le client, c’est une première étape vers un moyen de livraison autonome.

Une collaboration inédite entre ces deux sociétés

Des dizaines de fourgonnettes Chrysler Pacifica autonomes transporteront bientôt des colis dans la ville de Phœnix et ses alentours. D’après les informations dévoilées par Waymo, ces navettes autonomes feront le lien entre les magasins UPS et le centre de traitement du courrier à Tempe. Comme d’habitude, un humain restera à bord des véhicules pour s’assurer que tout se passe bien et que les fourgonnettes ne mettent pas en danger les piétons.

Ce nouveau programme doit démarrer en mars. Les deux entreprises expliquent que cette collaboration va s’inscrire dans un “plan à long terme” visant à explorer les nombreuses possibilités de coopération pour rendre plus autonomes les moyens de livraison. C’est un véritable défi pour les entreprises de livraison qui se livrent actuellement un véritable combat pour innover plus vite que les autres.

Cette collaboration est importante pour Waymo, car aucun de ses services actuels n’est susceptible d’être rentable, du moins pour l’instant. Tant que les taxis autonomes de Waymo ne pourront pas fonctionner à grande échelle, l’entreprise devra trouver d’autres moyens de générer de l’argent. Uber propose déjà des services de transport autonomes. Waymo devait absolument se positionner sur ce marché.

Le marché de la livraison autonome prend de l’ampleur

FedEx a par exemple développé son propre robot de livraison autonome. Le SameDay Bot a déjà été testé à Memphis, la ville du Tennessee qui est aussi le berceau de FedEx. Comme son nom l’indique, ce robot doit permettre à FedEx de tenir la promesse de livraison le jour même des achats d’un client depuis le magasin jusqu’à son domicile.

Pourtant ce n’est pas si simple : on ne livre pas une commande l’une après l’autre et puis retour à l’entrepôt. Il faut pouvoir regrouper les commandes pour optimiser les déplacements d’un même véhicule, tout en respectant les promesses d’une livraison rapide, les clients détestant attendre trop longtemps qu’on leur livre leurs achats. C’est certainement sur ce point que la collaboration entre UPS et Waymo peut être intéressante.

Cependant, toutes les villes américaines ne sont pas forcément prêtes à accueillir des robots dans leurs rues. C’est notamment le cas de New York qui a réservé un accueil glacial au robot de FedEx. Aucune autorisation n’avait été délivrée et comme vous pourrez le constater avec ce tweet, le message envoyé par le maire de la ville semble très clair : les robots autonomes n’ont pas leur place à New York.