Si l’on en croit les déclarations de l’OMS, il est devenu un enjeu majeur de changer la façon dont nous nous servons des antibiotiques. Une fois encore la science pourrait mettre son grain de sel dans cette histoire. Des chercheurs de l’Académie chinoise des sciences ont pensé des bandages dont la couleur serait changeante, qui détectent les bactéries résistantes aux médicaments, et qui pourraient dès lors lutter contre ces infections et les traiter.

Des bandages initialement verts

La solution pensée par les chercheurs chinois est composée de bandes à base de papier qui sont, au départ, de couleur verte. Dès lors que le bandage entre en contact avec l’infection, et donc que le matériau détecte un contact avec un environnement acide, il jaunit et libère un antibiotique qui va alors tuer les bactéries sensibles au médicament.

Par la suite, si une enzyme est détectée, le bandage devient rouge. Une enzyme est produite par des microbes résistants aux antibiotiques basiques, et dans ce cas, le bandage va à nouveau libérer des antibiotiques et les chercheurs devront se charger d’éclairer la plaie. C’est là une technique nommée “la photodynamique”, qui va permettre d’affaiblir les bactéries résistantes et les rendre plus sensibles au traitement envoyé.

Une cicatrisation plus rapide ?

Si jusque-là, le système a été testé sur des souris, les chercheurs ont également précisé que le bandage permettait une cicatrisation plus rapide. Les bandages et la technique restent encore perfectibles. Pour l’heure, les scientifiques ont désormais envie de proposer une nouvelle approche de ces bandages à un coût moins important.

C’est là une fonctionnalité qui permettrait de donner moins d’antibiotiques par voie orale aux patients, et de contrôler ainsi les administrations de médicaments. Par ailleurs, cela pourrait être une solution intéressante pour les armées. En effet, nous savons que la Défense américaine travaille sur des pansements connectés, le système des bandages semble lui aussi répondre au moins à une partie des besoins pour soigner les militaires.