Atteindre le seuil des 4 000 commandes préparées par semaine : c’est le nouvel objectif fixé avec le déploiement des systèmes de micro-exécution. Comme l’indique le Wall Street Journal, ces systèmes sont aisément logés dans de petits espaces, comme à l’arrière des magasins traditionnels par exemple. Ils font suite à la volonté de plusieurs enseignes américaines de mettre l’accent sur l’expérience client lors du processus de commande et de réception de la commande de nourriture. Walmart par exemple détient un service de livraison qui dépose vos courses directement dans votre frigo.

Un premier centre de micro-exécution en construction

Fabric est une startup de robotique américano-israélienne qui construit, entre autres, des centres de micro-traitement automatisés pour ses clients, des directeurs de magasins ou des responsables de chaînes de magasins la plupart du temps. C’est cette entreprise qui est chargée de la construction du premier site d’épicerie des États-Unis.

Le projet de centre de micro-exécution va aboutir à la construction d’un entrepôt de 10 000 pieds carrés (presque 930 mètres carrés), selon les déclarations de Steve Hornyak, le directeur commercial de Fabric. Au total, l’entreprise pourrait bâtir un total de six centres du même genre dans l’ensemble du pays.

Un système qui pourrait se développer à l’échelle mondiale ?

Selon Forrester, entreprise indépendante qui offre à ses clients des études de marché sur des points précis, les commandes de nourriture et de boissons, en ligne, représentent 3,5% des ventes globales. L’entreprise affirme aussi que ces ventes augmentent de manière rapide. C’est un point également confirmé par eMarketer, la vente de nourriture et de boisson est le secteur qui connaît la croissance la plus importante aux États-Unis. Son chiffre d’affaires est estimé à 22,63 milliards de dollars en 2019.

Aujourd’hui, les pratiques en termes de consommation ont évolué : les consommateurs achètent différemment, ils sont prêts à commander leurs courses alimentaires sur internet et à se les faire livrer directement chez eux. Pour valoriser l’expérience des clients, les distributeurs cherchent encore à accélérer le rythme de préparation puis de livraison des commandes.
Ainsi avec le développement de centre de micro-execution puis la distribution, les magasins ont accès à une solution qui allège leurs coûts : ils stockent les produits peu de temps, grâce à l’automatisation les commandes sont préparées dès que possible et la livraison est effectuée plus rapidement qu’en expédiant les commandes en camion depuis de plus grands centres de préparation.

La micro-exécution est nouvelle aux États-Unis où elle est expérimentée. Elle pourrait rapidement se déployer à une échelle mondiale rapidement. Il n’est pas impossible de voir apparaître ce type de centre débarquer en France d’ici quelques années.