Tinder est actuellement en train de travailler sur de nouvelles mesures visant à renforcer la sécurité de ses utilisateurs. Parmi elles, l'arrivée d'une alarme que les célibataires (on l'espère) pourront déclencher lorsqu'ils se sentent en danger.

Un bouton d'alarme qui vous géolocalise

Match, la maison-mère de Tinder, a récemment pris des parts dans Noonlight, une société de suivi de localisation et de sécurité personnelle. Cette nouvelle acquisition semble déjà porter ses fruits puisque l'application de rencontres travaille actuellement sur des nouvelles fonctionnalités visant à renforcer la sécurité des célibataires. En effet, selon le Wall Street Journal, Tinder serait en train de développer un système de bouton d'alarme qui permettrait d'envoyer votre position lorsque vous appuyez dessus.

L'application vous demandera par la suite de rentrer un code de sécurité. Si vous n'indiquez pas le code, un SMS vous est envoyé de la part des équipes de Noonlight. Si là encore vous ne répondez pas ou que vous confirmez avoir besoin d'aide, alors l'entreprise contacte directement la police. De plus, les utilisateurs pourront afficher un badge sur leur profil de rencontre pour notifier qu'ils utilisent cette fonctionnalité. Tinder espère que ce badge aura pour effet de dissuader les personnes mal intentionnées dès la rencontre en ligne.

Évidemment, pour profiter de ce bouton d'alarme, il faudra préalablement autoriser l'application à connaître votre position GPS. Match garantit que ces informations ne seront jamais utilisées à des fins marketing et que seul Noonlight y aura accès, dans l'unique but de servir à la protection des utilisateurs.

L'interface de Tinder avec la collaboration de Noonlight

L'interface de l'application Tinder avec le système de protection Noonlight. / ©Tinder

La sécurité au coeur des préoccupations de Tinder

Avec plus de 50 millions d'utilisateurs et plus de 5 millions de personnes abonnées à sa version premium, Tinder est définitivement l'une des applications de rencontres les plus populaires au monde. Pourtant, il est encore impossible à l'heure actuelle pour les équipes de l'application de vérifier les antécédents de tous les utilisateurs. Selon Mandy Ginsberg, PDG du groupe Match, cela serait dû au fait que l'accès à Tinder ne nécessite pas de renseigner son identité, ni aucune adresse de facturation. Aussi, de nombreux utilisateurs s'inscrivent à Tinder à travers des applications telles que Google ou Instagram, compliquant ainsi encore davantage leur identification.

Puisqu'il est impossible d'identifier les utilisateurs malveillants, l'annonce de cette nouvelle fonctionnalité semble effectivement nécessaire pour renforcer la sécurité des utilisateurs de la plateforme. Elle viendra compléter une autre fonctionnalité déjà mise en place par Tinder en 2019 qui vise à protéger les personnes LGBTQI+ à l'étranger. Le bouton d'alarme sera disponible sur Tinder dès la fin du mois de janvier pour les utilisateurs résidant aux États-Unis. Il devrait par la suite s'étendre aux autres applications de rencontres du groupe Match avant d'arriver, on l'espère, dans les autres pays du monde.