Les bénéfices pour l’année 2019 d’IBM, publiés le 21 janvier, sont portés par le cloud computing. Les résultats confortent la stratégie de la PDG, Ginni Rometty, qui a réorienté l’entreprise vers le cloud computing en vendant des secteurs d’activités et rachetant d’autres entreprises.

Les actionnaires d’IBM doivent se frotter les mains, car suite à cette annonce les actions du groupe ont grimpé de 4%. La société anticipe un bénéfice ajusté de 13,35 dollars par action contre 13,29 dollars initialement estimés. La marge bénéficiaire brute ajustée pour le trimestre est de 52%, une augmentation de 230 points, la plus forte depuis une décennie.

Au total la croissance du chiffre d’affaires global d’IBM reste très limitée, 0,1% l’amenant à 21,78 milliards de dollars. Toutefois selon les données IBES de Refinitiv rapporté par Reuters, les analystes s’attendaient à une baisse de 1% du chiffre d’affaires. Pour la PDG Ginni Rometty, ces bons résultats annoncent une croissance soutenue d’IBM en 2020.

Le pari réussi du cloud

Ces résultats confirment les choix faits par Ginni Rometty depuis quelques années. Fin 2018, IBM annonçait la plus grosse acquisition de son histoire, Linux Red Hat, pour 34 milliards de dollars. Le rachat du premier fournisseur de logiciels libres au monde a confirmé l’intérêt d’IBM pour le cloud.

Pour ses résultats 2019, l’entreprise précise n’avoir déclaré qu’une partie des revenues réels de Red Hat sur certains trimestres. Elle a cependant notifié toutes les dépenses comme les normes comptables américaines l’exigent.

La structure du reporting a également subi une modification : les deux plus grands segments de l’entreprise sont maintenant le cloud computing et le logiciel cognitif. Ils ont connu une hausse de 8,7% au quatrième semestre pour atteindre 7,2 milliards de dollars. Suivent les services technologiques mondiaux, parmi lesquels certains des plus importants datacenters au monde, c’est là un secteur qui a rapporté 6,9 milliards de dollars de revenus, soit une baisse de 4,8% vis-à-vis de 2018.

Bonne nouvelle pour IBM, sans surprise, le secteur du cloud se porte très bien. Pour le quatrième trimestre achevé le 31 décembre 2019, il a enregistré une hausse de 21% pour atteindre 6,8 milliards de dollars. Un record de bon augure pour le secteur en 2020.