Difficile d’y voir clair sur la question des négociations franco-américaine autour de la taxe numérique. Le 7 janvier, le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire et le secrétaire d’État au Trésor Steven Mnuchin s’était accordé sur une trêve de quinze jours sur le conflit commercial entre les deux pays. Le délai a expiré aujourd’hui.

Au bord de la guerre commerciale

La taxe numérique, qui vise à imposer 3% du chiffre d’affaires d’une trentaine de grandes entreprises mondiale du numérique, les GAFA en particulier, n’avait pas du tout plu au président américain. Donald Trump a menacé de surtaxer des produits français symboliques jusqu’à 100%, parmi eux le champagne, le fromage, les cosmétiques, la porcelaine…

Cette décision a été mise en suspens le 7 janvier, de son côté la France s’est engagé à supprimer la taxe numérique dès que l’OCDE, où des discussions sont menées depuis plusieurs mois, mettraient en place une taxe internationale sur les entreprises ciblées.

Alors que la trêve approchait de son expiration, Donald Trump et Emmanuel Macron ont échangé au téléphone ce dimanche 19 janvier pour éviter une guerre commerciale. Le président français a tweeté sa satisfaction à l’issue de cette entrevue, il explique notamment « Nous allons travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs » douaniers. Donald Trump s’est de son côté contenté de relayer le tweet en commentant « Excellent ! ».

De ces discussions les médias en ont tiré des conclusions des plus diverses

Le Wall Street Journal affirme en titre que la France a cédé sous la pression américaine et que la taxe numérique était suspendue pour 2020. Une information basée sur le témoignage d’un « officiel ». En contrepartie les États-Unis mettraient en pause les sanctions douanières prévues en rétorsion à la taxe.

Dans la dépêche AFP relayée par les médias français il n’est pas fait mention d’une éventuelle suspension de la taxe numérique française, seulement d’une suspension des sanctions américaines. Bruno Le Maire, qui avait affirmé que la France ne renoncerait pas à la taxe numérique vendredi 17 janvier, s’est montré lundi sur LCI plus circonspect sur la « trêve ».

Il a évoqué des négociations difficiles et la suspension des sanctions américaines « loin d’être gagné ». Le ministre des Finances a réaffirmé l’intention de la France de maintenir la taxe numérique jusqu’à un accord international, notant que les surtaxes américaines pourraient être « un coup terrible pour la viticulture française ».

Le Wall Street Journal et l’AFP s’accordent en tout cas sur l’ambition d’une éventuelle trêve : gagner du temps, un an, pour pouvoir mener à bien les discussions au sein de l’OCDE pour trouver un accord international. Un objectif que ne cesse de marteler la France, mais aussi l’Union européenne qui réfléchit à la question en cas d’absence d’accord, malgré l’hostilité de pays membre tel que l’Irlande ou le Luxembourg.

Le forum de Davos, décisif ?

Le prochain cycle de négociation doit avoir lieu au forum économique mondiale à Davos qui s’est ouvert aujourd’hui. Selon le Wall Street Journal Steven Mnuchin y a menacé l’Italie et le Royaume-Uni de sanction similaire à la France s’ils ne l’imitaient en suspendant leur propre taxe numérique.

Le secrétaire d’État doit y rencontrer son homologue français pour établir un plan pour les négociations de l’OCDE. De son côté Donald Trump doit rencontrer en marge du forum Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. Le forum de Davos 2020 s’annonce animée.