Thierry Breton, le Commissaire européen au Marché intérieur l’a assuré, le 19 janvier, à la conférence Digital Life Design à Munich, les règles de sécurité autour de la 5G ne retarderont pas son déploiement. Le lieu du discours n’est pas anodin, les principales craintes viennent d’Allemagne où l’on redoute les conséquences d’une exclusion de Huawei.

L’éternelle question du rôle de Huawei dans le déploiement de la 5G européenne

Depuis plusieurs mois les États-Unis agitent le spectre de « backdoor » dissimulé dans les produits Huawei pour contraindre ses alliés de ne pas utiliser le premier fournisseur d’équipement de télécommunication mondiale.

Dans la même catégorie

L’Union européenne avance disperser sur la question, l’Allemagne a notamment décidé de faire confiance à l’entreprise chinoise pour le déploiement de la 5G. Le Commissaire européen français, Thierry Breton, au Marché intérieur dont le portefeuille va de la Politique industrielle à la défense, a prévenu le 19 janvier au cours d’une conférence que la 5G nécessitait des règles de sécurité plus strictes que les générations précédentes.

Une boite à outils de normes de sécurité doit être publiée dans le mois dans cet objectif. Pour le commissaire européen, qui n’a pas mentionné Huawei, « Tout le monde est le bienvenu en Europe, mais, de plus en plus, nous allons édicter des règles claires et tout le monde devra les respecter ». Il a ajouté ne pas vouloir construire « une forteresse européenne ».

Toutefois reprenant les arguments du président Macron il a conseillé de favoriser des alternatives européennes que pourraient très bien être Nokia et Ericsson, respectivement finlandaise et suédoise.

Une perspective qui effraie en Allemagne où tous les acteurs des télécoms utilisent du matériel Huawei. Selon eux, une interdiction de l’entreprise chinoise sur le continent entrainerait des années de retards pour le déploiement de la 5G et des milliards de dollars supplémentaires. Une inquiétude reprise par le ministre de l’intérieur allemand Horst Seehofer qui évoque un retard de 5 à 10 ans.

C’est sur ce point qu’a tenu à répondre Thierry Breton assurant, relayé par Reuters, que « L’Europe, y compris l’Allemagne bien sûr, est sur la bonne voie. Nous ne sommes pas, et ne serons pas en retard sur le déploiement de la 5G ».

La peur d’éventuelles mesures de rétorsion commerciales chinoises

Horst Seehofer pourrait avoir d’autres préoccupations plus indirectes à la 5G sur les conséquences d’une exclusion de Huawei. Ken Wu, ambassadeur de Chine en Allemagne avait annoncé que des mesures prises contre Huawei pourrait entrainer des mesures de rétorsion de la part de l’Empire du Milieu. Il avait à cette occasion mentionné les millions de voitures allemandes vendues en Chine.

Horst Seehofer, favorable à l’utilisation de Huawei pour la 5G en Allemagne est justement élu en Bavière, dont l’industrie automobile dépend des exportations chinoises. Après avoir rassuré sur les délais de déploiement de la 5G malgré les mesures de sécurité encore à découvrir, Thierry Breton devra sans doute rassurer l’Allemagne sur les risques de rétorsion chinoise en cas d’exclusion de Huawei du marché 5G européen.