On pourrait penser que le développement d’Amazon en Inde puisse détruire les épiceries et les commerces de quartier. Pourtant le 18 janvier, l’entreprise de Jeff Bezos a annoncé qu’elle allait s’associer à des milliers de « magasins de quartier » pour stocker et livrer des marchandises.

Les magasins de quartier : la clé pour Amazon

Avec son récent investissement dans Future Retail, l’un des plus grands distributeurs indiens, Amazon affiche clairement ses ambitions pour l’Inde. L’entreprise américaine veut conquérir ce marché mais elle ne compte pas s’y imposer bêtement. Amazon met une stratégie intéressante en place. L’entreprise dit qu’elle s’appuiera sur les milliers de magasins de quartier qui existent. Jeff Bezos considère qu’il s’agit d’un scénario gagnant-gagnant pour tous les petits commerçants. Il affirme que : « c’est bon pour les clients, et cela aide les propriétaires de magasins à gagner un revenu supplémentaire ».

 

 

Jeff Bezos effectuait ce week-end son quatrième voyage en Inde. À cette occasion, le fondateur d’Amazon a annoncé qu’il investirait un milliard de dollars supplémentaire dans ses activités en Inde et qu’il ferait tout pour aider les millions de petits commerçants à se connecter pour la première fois sur Internet. Ce geste n’a pas empêché des dizaines de commerçants de se rassembler pour protester contre les pratiques anticoncurrentielles d’Amazon.

Ce réseau de petits magasins est tellement bien implanté que l’entreprise ne pouvait pas passer à côté. Malgré sa puissance, Amazon devait impérativement s’associer à ces commerces de proximité, pour réussir à conquérir l’Inde. Ces magasins offrent toutes sortes d’articles. Comme ils sont omniprésents (plus de 10 millions de magasins de quartier en Inde), aucun géant du commerce de détail ne peut offrir une livraison plus rapide.

Jeff Bezos veut développer les ventes en ligne en Inde

Le commerce électronique n’en est encore qu’à ses débuts en Inde. Il ne représente que 3% du total des ventes. À ce propos, Amazon et Future Retail semblent avoir trouver un terrain d’entente pour développer les ventes en ligne. Sur le net, Amazon proposera des produits d’épicerie, des « marchandises générales », des vêtements, ainsi que des produits de beauté. L’entreprise indienne a annoncé qu’elle allait augmenter ses infrastructures pour faciliter l’emballage et l’envoi des produits commandés en ligne.

Les deux entreprises ont déjà lancé ce service dans 22 magasins et les premiers résultats semblent être encourageants. Amazon India devient donc le canal officiel de vente en ligne pour les magasins Future Retail. Cette règle s’applique également à la franchise Big Bazaar, détenue par Future Retail. Amazon est en train de réussir un coup de maître en se positionnant massivement sur le marché des ventes en ligne avec des produits que les indiens ont déjà l’habitude d’acheter. L’initiative est bien pensée. Avec ses 350 millions de visiteurs physiques par an Future Retail offre une clientèle de choix à Amazon.