Avec OneSearch, Verizon annonce cette semaine le lancement d’un moteur de recherche axé sur la confidentialité. L’entreprise de télécommunications promet un meilleur contrôle des données aux utilisateurs. Les revenus seront générés à partir de la recherche de mots-clés, mais pas de cookies, ni de ciblage, rapporte Venture Beat.

L’heure serait-elle à la confidentialité cchez Verizon ?

Pas de personnalisation des annonces, pas de profilage, pas de stockage de données, pas de suivi de cookies, et pas de partage de données avec les annonceurs, rapporte le quotidien : « OneSearch n’utilise pas vos habitudes de recherche ou vos données de profil pour filtrer ou optimiser les résultats de recherche » peut-on lire sur la présentation du moteur de recherche.

Petite particularité, OneSearch dispose d’un mode sombre par défaut. L’utilisateur pourra passer manuellement à une interface plus lumineuse, mais en choisissant cette option, les paramètres de confidentialité comme le chiffrement des mots-clés sera désactivé.

Page d'accueil OneSearch

Page d’accueil par défaut de recherche / Crédit : OneSearch – Verizon

Ce nouveau moteur de recherche prendrait presque des airs de mea-culpa de la part de Verizon, connu pour avoir largement utilisé le suivi des recherches des utilisateurs. Condamné à une amende de 1,35 million de dollars par la Commission fédérale des communications (FCC) des États-Unis, pour avoir fait l’usage de « supercookies » impossibles à supprimer, le groupe avait également été contraint d’apporter des modifications à son service. Les utilisateurs devaient ainsi être informés de l’utilisation des cookies, pur donner leur accord ou se désinscrire.

Yahoo, filiale de Verizon, avait également fait parler d’elle en 2018, après avoir été condamnée à payer 50 millions de dollars, pour vol de données.

Une tendance généralisée

L’affaire Cambridge Analytica, la condamnation de Google pour “abus de position dominante sur le marché de la publicité liée à l’historique de recherches sur internet”, et la défiance générale face aux géants numériques qui peinent à garantir la vie privée des utilisateurs, commence de peser.

Les moteurs de recherche cherchent désormais à montrer patte blanche – en apparence du moins, et plusieurs tentent de se démarquer du géant Google en proposant un service qui respecte le droit à la vie privée. Si Qwant, qui a beaucoup fait parler de lui récemment avec le départ d’Éric Léandri, en a fait sa marque de fabrique depuis le début, il n’est pas le seul à se porter garant de la vie privée de ses utilisateurs. Des moteurs de recherche comme DuckDuckGo se présente comme eux aussi comme des services alternatifs.

C’est au tour de Verizon désormais, avec le lancement de OneSearch. Celui-ci a fait appel à Microsoft Bing, à partir duquel les recherches seront générées. À voir si ce choix réussira mieux à OneSearch qu’à Qwant, très controversé quant à son indépendance face au géant américain.

Une chose est certaine, c’est que l’apparition de nouveaux moteurs de recherche plus soucieux de vouloir garantir une certaine confidentialité, prouve que les esprits évoluent. L’ouverture (forcée) de Google aux autres moteurs de recherche sur Android risque également de permettre à ces nouveaux acteurs de se déployer plus rapidement, laissant ainsi davantage la possibilité aux utilisateurs de choisir ce qui leur convient le mieux.