Bolt fait partie des nombreux opérateurs de trottinettes dans le monde et en France. Des opérateurs qui pose question : bien implantés dans les villes ils font face au vandalisme, beaucoup de trottinette sont abîmés où jeté dans la mer, les fleuves ou autres, alors même que leur coût d’acquisition n’est pas couvert. Il faudrait 4 mois pour qu’une trottinette soit rentable, mais actuellement leur durée de vie est de 3 mois. Alors pour miser sur la sécurité, mais aussi la durabilité et la fiabilité des services de trottinettes, la Banque d’investissement européenne a accordé un prêt de 50 millions d’euros à l’opérateur Bolt.

Bolt, bientôt l’Uber européen ?

Auparavant connue sous le nom de Taxify, Bolt est aujourd’hui une entreprise valorisée à plus d’un milliard de dollars. Âgée de 7 ans, la société compte pas moins de 30 millions d’utilisateurs en Europe et en Afrique. Cela est influencé par le fait qu’en plus de proposer un service de location de trottinettes, la société propose également la livraison de nourriture et de transports. Tout comme Uber donc.

Néanmoins, la route reste longue pour arriver au niveau de l’américain. Celui-ci ne compte pas moins de 100 millions d’utilisateurs, trois fois plus que Bolt. Il reste donc à ce dernier de continuer son développement en Europe et aussi dans le reste du monde.

50 millions d’euros pour le développement de nouveaux produits

Bolt a perdu, l’an passé, 61 millions d’euros malgré un chiffre d’affaires de 80 millions d’euros. Cela ne l’a pas empêché de décrocher un prêt avec la BIE, la Banque européenne d’investissement. Pour le Vice-Président de la BIE, Alexander Stubb, cela est justifié : “Bolt est un bon exemple de l’excellence européenne en matière de technologie et d’innovation. Comme on dit, rester immobile c’est reculer, et Bolt ne reste jamais immobile. La Banque est très heureuse d’aider l’entreprise à améliorer ses services et de lui permettre d’étendre ses activités à de nouveaux domaines. En d’autres termes, nous sommes pleinement à ses côtés !”.

L’entreprise estonienne va donc pouvoir se concentrer sur le développement de son service de livraison, en Europe, et ailleurs.