Les aéroports de Londres Heathrow et Gatwick avaient à deux reprises, en 2018 et 2019, été paralysés par des survols de drones. Cela avait perturbé leur trafic aérien et les pilotes n’avaient pu être interceptés. Aujourd’hui, l’aéroport de Heathrow se dote d’un système anti-drone, et la technologie de détection des engins lui est fournie par l’entreprise française Thales. En attendant l’immatriculation des drones, il va pouvoir les intercepter directement.

Un radar holographique déployé

Ce système a été mis au point par une filiale de l’entreprise Thales, Aveillant. Ce système est aujourd’hui en mesure de détecter des appareils non autorisés qui volent autour et aux alentours de l’aéroport. Counter Drone, le système est également en mesure de localiser le pilote du drone repéré. C’est là une avancée, car dans le cas des survols des aéroports anglais, aucun pilote n’avait pu être intercepté.

Counter Drone utilise un radar holographique qui va lui permettre d’émettre un flux continu et donc de suivre des appareils, comme un drone, et cela même s’il se trouve à plusieurs kilomètres de distance. Ce système, allié à d’autres va sans doute permettre de faire gagner du temps aux avions : ceux-ci n’auront plus à patienter en volant au-dessus de l’aéroport en attendant d’avoir l’autorisation d’atterrir en toute sécurité.

Si un ou plusieurs drones sont détectés, un système de brouillage pourra être déployé par les équipes de Heathrow, une neutralisation directe serait également une possibilité.

Heathrow mise sur une sécurité totale

Par le passé, l’aéroport de Heathrow a été concerné par des survols de drones. En 2018, un avion avait même failli percuter deux drones lors de son atterrissage. S’équiper ainsi est donc un moyen de prévenir de futurs incidents.

Pour Jonathan Coen, le directeur de la sécurité de l’aéroport “La sécurité la sûreté de nos passagers et collègues est notre priorité numéro un. C’est pourquoi nous investissons dans cette technologie de pointe qui améliorera nos capacités de détection et de dissuasion des drones dans et autour de notre zone aéroportuaire”.