À l’approche des Jeux Olympiques d’hiver de Pékin en 2022, la Chine veut se doter des meilleures infrastructures possibles. Le pays vient de dévoiler officiellement le train autonome le plus rapide du monde. Il pourra parcourir les 175 kilomètres qui séparent la capitale des pistes de ski en seulement 45 minutes.

Le premier train autonome à grande vitesse

Ce nouveau train autonome à grande vitesse est différent de ceux que nous connaissons pour une raison principale : il n’a pas de conducteur. Les premières trajets permettront de relier les villes chinoises de Beijing et Zhangjiakou (l’endroit où se tiendront les Jeux Olympiques d’hiver). Sur les trajets plus longs trajet, le train atteindra une vitesse de pointe de 350 km/h, ce qui en fait le train autonome le plus rapide au monde. En 1909, lorsque la ligne Beijing et Zhangjiakou était inaugurée, il fallait 8 heures pour aller d’une ville à l’autre. Il y a encore quelques mois, il y avait 3 heures de train entre ces deux mêmes villes. Désormais 45 minutes suffiront.

Au moment des Jeux Olympiques d’hiver, les trains partiront et s’arrêteront automatiquement dans les gares selon des horaires précis, et changeront de vitesse en fonction des limites entre les gares. Comme c’est le cas dans les voitures autonomes, un humain sera dans la cabine de pilotage pour assurer la sécurité des passagers. Cette ligne est historique. Elle compte 10 stations dont Badaling Changcheng, pour l’accès à la Grande Muraille de Chine. Le premier train à grande vitesse sans conducteur a circulé pour le 30 décembre 2019. Un trajet reliant Pékin à Taizicheng a servi d’ultime test. Cette ville accueillera également certaines épreuves des Jeux Olympiques de 2022.

Logiquement ces nouveaux trains ont été pensés pour les touristes qui se rendront dans les montagnes. Ils disposent de grands espaces de rangement, notamment pour les équipements des personnes qui iront skier. Ils sont également très technologiques : les sièges sont tous équipés d’écrans tactiles 5G, un éclairage intelligent permet d’économiser l’énergie du train, des milliers de capteurs assurent la sécurité des passagers en temps réel et des sièges amovibles ont été disposés pour les passagers en fauteuil roulant. De plus, la reconnaissance faciale sera utilisée dans les gares pour aider les passagers à s’orienter ou à s’enregistrer.

La Chine mise énormément sur son réseau ferroviaire

Pour Mark Smith, expert ferroviaire : “pendant que nous discutons de nos propres technologies, la Chine a créé un réseau national autonome, à grande vitesse. Les lignes à grande vitesse chinoises sont extrêmement efficaces. Une fois sa place réservée, il suffit de présenter sa carte d’identité ou son passeport au guichet pour voyager”. La Chine mise depuis longtemps sur les trains pour se développer plus vite que d’autres pays. L’empire du milieu dispose de 35 000 kilomètres de réseau et du train le plus rapide du monde : 430 km/h.

En mai, la Chine dévoilait également un tout nouveau train pour une toute nouvelle vitesse. Le projet de la compagnie China Railway Rolling Stock Corporation (CRRC). Avec une capacité de déplacement de près de 600 km/h, l’innovation est plus que jamais présente. Le train imaginé par le CRRC se base sur une technique de fabrication totalement différente des trains normaux. En effet, ce dernier utilise la Maglev ou (Magnetic levitation), une technologie qui permet au train d’utiliser un coussin d’air à commande magnétique plutôt que des roues en contact permanent avec une voie de fer.