Durant le CES 2020, IBM a annoncé un partenariat avec des producteurs de café et son programme IBM Food Trust. Le géant de l’informatique va leur permettre de tirer profit de la blockchain afin d’assurer une meilleure traçabilité de leur approvisionnement, jusque dans la tasse du consommateur.

Ce n’est pas la première fois que l’on voit les services de blockchain d’IBM être mis à contribution dans l’agroalimentaire, notamment à travers ce même programme : IBM Food Trust.
En effet, en avril 2019, Carrefour et Nestlé lançaient un projet commun permettant de suivre tout le parcours d’une purée Mousline. Grâce à un QR code, placé sur les emballages, il est désormais possible d’accéder aux données sur les dates et les lieux de fabrication, les informations du contrôle qualité, les dates de stockage, de mise en rayon, et même de remonter jusqu’à l’approvisionnement en matière première.
Un autre partenariat avec Raw Seafoods aux États-Unis veut faciliter l’accès à l’information sur la provenance de produits de la mer. Le travail a démarré en octobre 2019 avec un focus sur le parcours de coquilles Saint-Jacques (lieu et date de pêche, respect de la chaîne du froid, etc.).

À présent, ce n’est pas sur des produits frais que souhaite se concentrer IBM, mais plutôt sur de l’épicerie. En revanche, le fonctionnement se veut être le même que pour les deux exemples précédents. Avec un QR code placé sur les paquets de café, l’idée est de permettre à l’acheteur de s’assurer de l’aspect responsable du produit qu’il achète.

Derrière tout cela, on découvre une plateforme : Farmer Connect. Elle est à l’initiative de 11 organisations : Beyers Koffie, The Colombian Coffee Growers Federation (FNC), Itochu, Jacobs Douwe Egberts (JDE), The J.M. Smucker Company, Rabobank, RGC Coffee, Volcafe, Sucafina, et Yara International. Ensemble, ils souhaitent aller au-delà du simple label, comme celui du bien connu Max Havelaar. Grâce à la blockchain, les systèmes de traitement des informations de traçabilité sont uniformisés, et surtout, on peut lui faire confiance.

Aussi, à travers une application mobile, un consommateur peut remonter jusqu’au producteur, ou la coopérative qui a produit son café. Il a alors l’opportunité de les soutenir en effectuant une contribution financière. Ainsi, la relation avec le produit ne s’arrête pas à l’achat, mais va jusqu’à la participation directe à l’activité du producteur.

Capture d'écran de l'application Farmer Connect

Capture d’écran de l’application Farmer Connect. Crédit : IBM

En elle-même, cette plateforme ne créera pas un cercle aussi vertueux que celui de labels stricts. On pourrait même penser en observant la communication autour de cela, qu’on souhaite les contourner. Néanmoins, les projets soutenus par IBM Food Trust vont dans le bon sens : donner des informations véridiques, infalsifiables, sur la provenance et le parcours des produits de grande consommation. De plus, on a la possibilité de remettre les petits producteurs au centre de la consommation, chose rare de nos jours.