La situation de TikTok devient tendue : l’application est désormais bannie par les armées américaines, et, sous le coup d’accusations de transfert de données privées d’utilisateurs vers des serveurs chinois, fait les frais d’une enquête menée par les États-Unis. Tous ces éléments pourraient conduire la société mère de TikTok, ByteDance à vendre son application, même si le patron de TikTok affirmait l’inverse il y a seulement quelques semaines.

ByteDance pourrait vendre TikTok pour protéger ses valeurs et son image

En Décembre, nombreuses étaient les rumeurs évoquant une potentielle vente de TikTok par ByteDance. Bloomberg laissait notamment entendre que la société mère de l’application avait débuté des discussions avec de potentiels acheteurs, afin de revendre ses parts. Cela avait été nié sans attendre par le patron de TikTok, Alex Zhu. Au travers d’une note interne, ce dernier avait indiqué : “De temps en temps, il arrive que les médias rapportent de fausses histoires. Nous n’avons jamais organisé de discussions avec des acheteurs potentiels, et nous n’avons pas l’intention de le faire”. Il semblerait cependant que les dernières actions à l’encontre de l’application puissent faire réfléchir la société à laquelle elle appartient.

En effet, ByteDance pourrait vouloir protéger ses valeurs et son image. Aussi, la société chinoise pourrait se séparer de TikTok plus vite que prévu. Au moins partiellement, en vendant une partie de ses parts.

ByteDance préoccupée par les régulateurs fédéraux américains

Les régulateurs fédéraux américains pousseraient actuellement indirectement ByteDance à se débarasser de TikTok. C’est au travers d’échanges avec des conseillers que ByteDance se serait laissé convaincre de se séparer de son application à cause des suspicions portées cette dernière, notamment accusée d’être un moyen de diffusion de la propagande chinoise, et de surveiller les utilisateurs américains.

ByteDance pourrait avoir une seconde option : plutôt que de vendre TikTok, la société pourrait se défendre face aux régulateurs fédéraux américains, ce qui ne serait toutefois pas une mince affaire. La solution la plus simple serait donc la vente de quelques parts au moins, reste désormais à savoir quelle position adoptera la société mère de TikTok.