Carrefour vient d’annoncer le rachat de la start-up Dejbox, spécialisée dans la livraison de repas aux employés. Cette décision s’inscrit dans les plans du géant de la grande distribution française, qui vise à largement déployer sa présence dans le monde du numérique d’ici 2022.

Dejbox, une recette qui marche

Fondée en 2015, Dejbox a établi des partenariats avec plusieurs restaurants et traiteurs afin de concocter et livrer des repas aux employés qui travaillent en périphérie urbaine, ce qui équivaut à environ 10 millions de Français, et n’ont pas accès à des systèmes de restauration collective. La start-up se décrit comme une “cantine digitale” qui emploie 310 personnes, dont 140 préparateurs-livreurs. Contrairement à des services comme Uber Eats ou Deliveroo, Dejbox travaille avec des salariés et non des auto-entrepreneurs.

L’entreprise est installée dans six villes françaises : Paris, Lille Lyon, Nantes, Bordeaux et Grenoble. Elle livre environ 400 000 repas par mois, pour un chiffre d’affaires avoisinant les 10 millions d’euros en 2018, et qui devrait atteindre les 20 millions d’euros pour 2019. Dejbox n’est réservée qu’aux salariés de certaines entreprises partenaires, pour lesquels elle fournit des repas complets au prix d’un ticket restaurant.

Devenir le leader de l’e-commerce alimentaire

Souhaitant se développer dans le domaine de l’e-commerce, le géant français a racheté 60 % de Dejbox : “cette acquisition, qui reflète la volonté de Carrefour de devenir le leader de l’e-commerce alimentaire, est stratégique”, a ainsi déclaré Amélie Ouéda-Castera, directrice du digital et de l’e-commerce chez Carrefour, avant d’ajouter que ce rachat allait “permettre d’investir le segment en forte croissance de la livraison de repas avec une offre axée que la qualité et accessible à tous”.

En effet, Carrefour avait déjà racheté la start-up de livraison de paniers repas QuiToque en 2018, et s’est associée à Google dans le but de permettre aux consommateurs de faire leurs courses via Google Home ou le Google Assistant. Cela a le mérite d’être clair : l’entreprise française veut devenir le leader dans le domaine de l’e-commerce alimentaire et multiplie les décisions fortes afin d’y parvenir.

De son coté, Dejbox va pouvoir atteindre un public plus large grâce au groupe Carrefour, aussi bien en France avec les TPE-PME qu’à l’échelle internationale, et ainsi offrir “une alternative en ligne abordable, durable et savoureuse” au plus grand nombre, comme l’ont expliqué ses deux co-fondateurs, Adrien Verhack et Vincent Dupied.