Samsung mieux préparé qu’Apple pour la 5G ? C’est l’impression que pourraient donner les chiffres dévoilés par The Verge en ce tout début de mois de janvier. Avec 6,7 millions d’appareils 5G déjà vendus en 2019 par le fabricant sud-coréen, celui-ci propose déjà 5 modèles compatibles, tandis que la firme de Cupertino n’en présente aucun pour l’instant. Il semblerait que Samsung ait décidé de prendre un peu d’avance.

Plus de ventes que prévu en 2019 grâce aux appareils 5G

D’après Samsung, le groupe détiendrait déjà 53,9% du marché sur la 5G, rapporte le quotidien. Deux modèles ont permis d’augmenter les ventes ce dernier trimestre, le S10 5G et le Galaxy Note Plus 5G. Et Samsung prévoit de sortir le Galaxy S11 et Note 11 d’ici 2020. Tous deux équipés du processeur Snapdragon 865 de Qualcomm, désormais réputé pour intégrer directement la 5G, et pour mettre l’accent sur l’intelligence artificielle. Les puces 5G de Qualcomm sont en effet censées être commercialisées en 2020, et semblent avoir séduit d’autres fournisseurs tels que Xiaomi, Nokia et Motorola.

Apple n’est pas en reste pour autant

Si l’on en croit les prévisions de certains analystes, 3 iPhones compatibles avec la 5G devraient voir le jour en 2020. L’Apple Watch dont les ventes ont été lucratives en 2019, devrait elle aussi fonctionner avec la 5G.

En outre, la firme a finalisé le rachat entier de la branche modems 5G d’Intel, soit 17 000 brevets consacrés à l’architecture des puces réseau, des technologies cellulaires, et de protocoles. De quoi devenir un peu plus indépendant face à des fournisseurs comme Qualcomm dans les prochaines années.

D’autre part, si Samsung est connu pour vendre plus de smartphones, Apple, lui, est connu pour faire plus de bénéfices, soit 66% sur la totalité du marché.

Samsung veut remonter la pente avec la 5G

L’année 2019 n’a pas été des plus brillante pour le groupe, qui a connu une baisse de profit au milieu de cette année. D’autre part ses concurrents, principalement Xiaomi et Oppo, lui causent du tort sur les smartphones vendus. À cela s’ajoute plusieurs accusations de publicité mensongère, ou de mauvais traitement des employés, ayant conduit le groupe en procès avec la France et l’Australie.

Et pour se refaire une santé, le groupe semble miser sur l’arrivée de la 5G. En proposant de nouveaux produits, mais en adoptant également une politique relativement agressive pour se faire une place sur le marché.

Le fournisseur coréen peut ainsi se targuer d’avoir récupéré le marché canadien, qui, comme son grand-frère américain, s’est détourné d’Huawei, également banni en Australie et au Japon.  Des contrats ont également été signés avec le Japon et les États-Unis, dont AT&T, qui couvre désormais 10 villes américaines en réseau 5G. Moralité, le malheur des uns, fait le bonheur des autres…