En Chine, les “jeunes dépensiers libres” (Young Free Spenders) représentent un quart de la population, mais aussi 60% de la croissance des dépenses. Leurs consommations sont principalement centrées sur la santé et le mode de vie, c’est en tout cas ce qu’à rapporté McKinsey dans son étude portant sur 5 000 citoyens chinois.

En Chine, une partie des dépenses est axée sur la santé et le bien-être

Les jeunes qui vivent dans les villes chinoises moins développées et plus modestes que les grandes villes comme Pékin ou Shanghai sont ceux qui possèdent le plus de pouvoir d’achat. Par rapport à 2018, leurs dépenses ont augmenté dans quasiment toutes les catégories, mais celle de la santé représente leur plus grande part de dépenses. Au total, c’est dans une dizaine de catégories que les jeunes personnes dépensent leur argent : on y retrouve alors le lait frais et plus largement les produits laitiers, les produits de beauté, les vêtements, mais aussi le sport.

Lorsque l’on compare ces dépenses à celles des années précédentes, il est possible de constater qu’elles sont en hausse. La principale raison est le pouvoir d’achat de ces jeunes vivant dans de modestes villes : ils ont en effet moins de frais que dans des grandes villes, avec des loyers plus abordables par exemple, mais aussi des horaires de travail moins contraignants.

Au delà des catégories, lorsqu’on se penche sur les dépenses réelles de ces personnes, il est possible de constater qu’elles souhaitent de plus en plus recourir aux services de coachs sportifs personnels, avec des cours de sport plus nombreux. Cela a d’ailleurs valu un grand nombre d’ouverture de centres dédiés au sport dans le pays : plus de 37 000 ont été ouverts en seulement quelques années. Ainsi, ici et malgré un ralentissement de la croissance économique en Chine, les “jeunes dépensiers libres” ont largement augmenté leurs dépenses et cela profite aux entreprises locales, mais aussi aux entreprises internationales.

Le pouvoir d'achat des dépensiers chinois par catégories

Crédits : Mckinsey – Le pouvoir d’achat des plus dépensiers, par catégorie.

Nombreux sont ceux qui souhaitent également réduire leurs dépenses

Une partie des répondants à l’enquête sont plus touchés par le ralentissement de la croissance économique chinoise. S’ils ne sentent pas “en manque ou besoin d’argent”, ils ne se disent pas non plus intéressés pour dépenser de l’argent sur un coup de tête.

Par ailleurs, environ 10% ont déclaré avoir réduit leurs dépenses de manière générale. Ces personnes peuvent avoir des revenus inférieurs à la moyenne et sont susceptibles de vivre dans des villes de moyenne taille. Ici, cette catégorie de personnes montre qu’elle peut s’adapter aux conditions imposées par la société.

Finalement, il y a deux catégories de personnes et deux catégories de dépensiers en Chine, si les plus dépensiers participent à hauteur de 60% de la croissance, ils axent leurs dépenses sur des intérêts personnels comme leur santé ou encore leur bien-être avec le sport et leur apparence. La deuxième catégorie de personnes n’est pas la moins aisée du pays, cependant elle paie les conséquences du ralentissement de la croissance.

Évolution des classes chinoises

Crédits : Mckinsey / Évolution des classes chinoises