Pour la première fois depuis plusieurs années, le pourcentage d’applications chinoises en Inde recule. Les développeurs locaux gagnent du terrain d’après un récent rapport d’AppsFlyer. Les applications indiennes sont en train de reprendre la main sur leur propre marché.

Le nombre d’applications chinoises est en recul

Le rapport compare le nombre d’applications téléchargées en 2018 et en 2019. En 2018, 44% des applications distribuées en Inde provenaient de sociétés chinoises. En 2019, les applications chinoises ne représentent plus « que » 38% des applications présentes sur le marché indien tandis que celles développées par des sociétés locales représentes 41% des applications disponibles sur le territoire. Derrière nous retrouvons les États-Unis à 4%, la Russie à 4%, la Slovénie à 3% et le reste du monde à 12%.

Le rapport indique que : « cette hausse du nombre d’applications indiennes s’est produite principalement au détriment des applications chinoises, qui ont chuté de leur position de leader à 38%, contre 44% en 2018. Au total, les applications chinoises et indiennes représentent près de 80% de l’ensemble des applications disponibles sur le marché indien. C’est une domination quasi-totale ».

L’Inde est un terrain de jeu idéal pour les développeurs

En Inde, les utilisateurs d’applications mobiles sont de plus en plus nombreux. Entre janvier et septembre 2019, l’Inde a recensé 6,5 milliards d’installations. Les entreprises indiennes mettent le paquet pour reconquérir leur place de leader et garder la main sur leur marché. Pourtant les développeurs chinois ne capitulent pas selon le rapport. Ils tentent par tous les moyens de séduire les utilisateurs indiens, avec des services gratuits et de nouvelles expériences.

L’Inde est l’un des plus grands champs de bataille au monde pour les développeurs. Le marché est particulièrement laxiste en matière de protection de la vie privée et cela n’est pas pour déplaire aux géants technologiques. Laxiste ou légèrement intrusive, selon le point de vue. En effet, l’Inde prépare actuellement une loi controversée visant à récolter les données personnelles de ses habitants. Ce projet de loi pourrait contraindre les géants technologiques à fournir une partie des données personnelles des indiens.

Xiaomi et ByteDance considèrent l’Inde comme l’un de leurs plus grands marchés. Au début du mois, Xiaomi lançait Mi Credit en Inde : un service bancaire nouvelle génération qui vise à proposer de petits crédits aux jeunes indiens. Particularité du service : c’est une intelligence artificielle qui détermine votre solvabilité… Il est aujourd’hui impensable de voir cela débarquer en France. Parmi les applications les plus téléchargées par les indiens, nous retrouvons les services de livraison de nourriture et les applications liées à la finance.