Une équipe de chercheurs de l’Institut fédéral de Lausanne a mis au point un nouveau système de captation des émissions de CO2, capable de réduire de 90% la pollution des camions.

Recycler les émissions de CO2 sous forme liquide

Nous savons pertinemment que les émissions en CO2 contribuent largement au réchauffement de notre planète. En réalité, 40% des émissions du dioxyde de carbone proviennent du secteur des transports, en Europe. Des chercheurs suisses ont publié une étude dans la revue Frontiers in Energy Research, dans laquelle ils expliquent comment ils ont réussi à capter ce fameux gaz polluant, directement à partir du pot d’échappement d’un camion. Ils ont pu le transformer en liquide et le stocker dans une partie du camion située au-dessus de la cabine. Ce liquide est même réutilisable, notamment pour fabriquer… du carburant.

Les chauffeurs de camions pourraient même revendre leurs émissions de dioxyde de carbone sous une forme liquide, directement aux stations essence. En effet, les chercheurs ont réussi à mettre au point des matériaux absorbants spéciaux, capables de séparer le dioxyde de carbone des autres gaz présents dans le carburant, comme l’azote ou l’oxygène. À une certaine température, le matériau peut extraire le CO2. La chaleur du moteur du véhicule est utilisée pour comprimer le dioxyde de carbone et le transformer en liquide. Une boîte fixée sur le toit du camion permet de stocker le liquide recueilli, jusqu’à la prochaine station service.

Le CO2 : fléau de notre siècle

Les chercheurs de l’Institut fédéral de Lausanne estiment que leur système ne convient pour le moment qu’aux grands véhicules, comme les camions ou les bus. Ils estiment que 90% des émissions de dioxyde de carbone peuvent être recyclées de cette façon-là. Même si le système n’est pour l’instant qu’un concept qui doit être amélioré et peaufiné, les perspectives d’une telle technologie sont gigantesques. Les chercheurs doivent continuer de tester leur produit, pour qu’il puisse un jour être commercialisé.

Partout à travers le monde, de nombreuses initiatives apparaissent pour réduire les émissions en CO2. Dans une récente étude, des chercheurs ont expliqué avoir développé une bactérie E.coli (Escherichia coli de son nom scientifique) capable de se nourrir de dioxyde de carbone pour produire du carbone organique. En effet, le carbone organique créé par la bactérie pourrait être utile dans la fabrication de biocarburant ou d’aliment, avec des émissions de CO2 plus faibles que selon les processus actuels.