Nouvelle étape pour lutter contre la désinformation, Facebook étend son programme de vérification à Instagram. L’annonce datant du 16 décembre fait suite aux techniques mises en avant pour également lutter contre la publication de contenu offensant sur la plateforme.

Un système de repérage des fausses informations

L’objectif communiqué sur la page Newsroom de Facebook est simple : retrouver la confiance des utilisateurs, la firme aurait sans doute pu ajouter « et celle des autorités ». Les efforts réalisés par la firme ne font aucun doute, sous le joug d’une enquête antitrust, il lui faut absolument faire preuve de bonne volonté, à défaut de pouvoir montrer patte blanche.

Le groupe a donc mis en place un programme de vérification des informations dites « douteuses ». Pour les repérer, la plateforme compte sur son équipe de modération des contenus, le signalement des utilisateurs, mais surtout sur un système d’intelligence artificielle. Le contenu ainsi identifié est ensuite soumis à des partenaires journalistes, chargés de valider ou non ce qui est relevé. Ce système déjà mis en place sur les pages Facebook, sera donc appliqué à Instagram.

Un étiquetage pour prévenir les utilisateurs

Une fois repérées, les fausses informations se voient retirées tant que possible du flux, afin de limiter sa diffusion. En outre le contenu sera labellisé comme étant une “fake new”.

Notifications pour repérer les fausses informations

Crédit : Facebook/Instagram

Ces mesures ont également été prises pour garantir un meilleur déroulement des futures élections présidentielles de 2020 aux États-Unis. À cet égard, Facebook avait tenu à faire apparaître « en toute transparence » l’argent investi par les politiques pour déployer leurs annonces et leurs slogans, ou viser les populations locales.

Ce dispositif a cependant subi un bug informatique dernièrement, tombé précisément deux jours avant les élections législatives du Royaume-Uni. Des milliers d’annonces politiques avaient ainsi disparu, et les informations connexes avec. Comme quoi les systèmes mis en place par la firme sont loin d’être infaillibles.

En outre, le système de vérification servant à détecter les fake news ne s’applique pas aux annonces politiques, avait ainsi déclaré Mark Zuckerberg, prétextant que la firme ne pouvait se permettre d’interférer dans les messages politiques.

Autrement dit, les systèmes mis en place sur Facebook sont censés opérer sur le contenu de l’ensemble des utilisateurs, personnages politiques mis à part, libres, contrairement aux autres, de faire de fausses déclarations sans qu’elles soient stigmatisées. En matière d’efficacité, pas sûr que cela soit convaincant…