La vente des wearables bat son plein. Celle-ci a atteint un record au troisième trimestre de 2019, et pourrait encore doubler d’ici 2021. La Chine n’échappe pas à la règle, bien au contraire, avec Xiaomi en tête de liste comme distributeur, rapportait TechCrunch le 14 décembre.

Des articles à faible coût qui séduisent de plus en plus à l’étranger

D’après une étude menée par Canalys (firme réputée dans l’analyse du marché de la technologie), la manufacture chinoise, est celle qui a effectué le plus de livraisons de wearables dans le monde au cours du troisième trimestre 2019 : soit 12,2 millions d’articles, enregistrant ainsi une croissance de 74,4 % sur une base annuelle.

Au total, sur une hausse de 65 % des ventes de wearables, Xiaomi atteint 27 % de la part de marché mondial. Aussi, si Apple reste le favori aux États-Unis, précise TechCrunch, il semblerait que les choses soient un peu différentes dans le reste du monde.

Graphique des résultats des ventes

Hausse des ventes pour Xiaomi, chute pour Fitbit / Crédit : Canalys

Xiaomi doit tout simplement son succès aux prix pratiqués. Ceux-ci, réputés pour être bas, ont permis à l’entreprise d’augmenter les expéditions de 60 % dans l’ensemble de la Chine, rapporte le quotidien. Rappelons que cela a toujours été la « marque de fabrique » de Xiaomi. Les ventes massives, exclusivement traitées sur internet, et l’ensemble de la production réalisée sur le sol chinois, permet à la firme de pratiquer des prix « hyper-compétitifs ».

Poussant même Samsung, et Fitbit (racheté depuis par Google), à baisser leur prix eux aussi, notamment pour pouvoir séduire la clientèle asiatique. Si Apple se tient encore premier sur la montre bracelet, réalisant des ventes 3 fois plus élevées avec Apple Watch Serie 5, celles-ci reculent légèrement en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient d’après l’étude de Canalys. Laissant ainsi Xiaomi atteindre un record de 110% de progression des ventes, avec 2,7 millions de produits vendus.

Canalys explique encore une fois cette hausse grâce à la compétitivité des tarifs, les populations citées disposant d’un pouvoir d’achat moins élevé, celles-ci sont davantage attirées par les produits bas de gamme, et donc à faible coût, que proposent Xiaomi.

Si Xiaomi n’en est pas encore à battre son principal concurrent sur place, Huawei, il semblerait que cette croissance, et notamment à l’étranger soit bien partie pour durer.