Après un robot scientifique capable d’enchaîner les expériences, les chercheurs du MIT ont mis au point une intelligence artificielle qui comprend intuitivement les lois de la physique. En plus d’aider à mettre au point des IA plus performantes, elles va également nous permettre de mieux comprendre comment les bébés perçoivent le monde.

L’IA est surprise quand un objet n’obéit pas aux lois de la physique

Baptisé ADEPT, ce système est surpris lorsqu’un objet agit de manière anormale et contraire aux lois de la physique, s’il se téléporte ou disparaît par exemple. Pour le mettre au point, les scientifiques se sont appuyés sur deux modules. Le premier est basé sur la perception des nourrissons : il permet à l’IA d’examiner un objet en analysant sa pose, sa forme et sa vitesse mais sans réellement s’attarder à sa nature. Comme l’expliquent les chercheurs, “peu importe s’il s’agit d’un cercle ou d’un rectangle, d’un canard ou d’un camion […], les jeunes enfants ne se préoccupent pas non plus de certaines propriétés comme la forme lorsqu’ils font des prédictions sur la manière dont un objet va se comporter”.

Le second dispositif, que les chercheurs ont comparé aux logiciels utilisés dans l’industrie du jeu vidéo pour reproduire la physique du monde réel, va simuler la façon dont les objets définis dans le premier module sont censés agir selon les lois de la physique. Ensuite, l’IA va comparer les résultats de ces simulations avec ce qu’il se passe dans une vidéo : si l’objet se comporte différemment des prédictions, alors la machine va émettre un signal plus ou moins puissant, signal qui est interprété comme de la surprise par les chercheurs.

Afin de réaliser leur module de prédictions, les scientifiques ont fait appel à 60 adultes et leur ont fait visionner 64 vidéos mettant en scène de nombreux scénarios, et ont analysé leurs réactions. Ils devaient ainsi exprimer leur étonnement sur une échelle de 1 à 100, et ces résultats étaient très similaires avec ceux exprimés par l’IA, à qui les mêmes vidéos ont été montrées. Les scénarios reposaient sur la performance, la continuité et la solidité. Plus précisément, sur le fait que les objets n’apparaisse et ne disparaissent pas sans raison, qu’ils suivent des trajectoires et qu’ils ne peuvent pas passer l’un à travers l’autre.

Comprendre la psychologie des nourrissons

C’est surtout en s’intéressant au comportement des jeunes enfants que les scientifiques ont mis au point ADEPT. “Dès qu’un bébé est âgé de trois mois, ils ont déjà la notion du fait que certains objets ne peuvent pas disparaître d’un coup, ne peuvent pas se déplacer ou se téléporter”, a ainsi expliqué Kevin A. Smith, chercheur ayant participé à l’étude. “Nous voulions capturer et formaliser ces connaissances pour transformer la cognition infantile en agents d’intelligence artificielle. On se rapproche désormais de l’humain dans la façon dont les machines peuvent repérer des scènes plausibles et invraisemblables”, a-t-il continué.

Désormais les chercheurs souhaitent incorporer plus de comportements enfantins dans l’IA afin de mieux en comprendre les mécanismes. Comprendre la psychologie des plus petits permettra en outre aux scientifiques de mieux appréhender et développer les intelligences artificielles.