Amazon Web Services (AWS) a annoncé le 2 décembre avoir lancé un service permettant aux scientifiques, chercheurs, et développeurs de réaliser quelques expériences sur du matériel quantique. Le géant lui a donné le nom de Amazon Braket, en clin d’oeil au terme bra-ket, introduit par Paul Dirac en 1939 pour l’écriture des calculs de mécanique quantique.

« Ce nouveau service est conçu pour vous permettre d’acquérir une expérience pratique des qubits et des circuits quantiques. Vous pouvez construire et tester vos circuits dans un environnement simulé, puis les exécuter sur un ordinateur quantique réel, » précise Jeff Barr, VP d’Amazon Web Services dans son annonce. Braket semble donc assez limité dans le champ des possibles, déjà que le quantique n’est pas à la portée de tous. D’ailleurs, tout géant qu’il est, Amazon va fournir des accès à d’autres ordinateurs quantiques pour traiter les simulations, notamment ceux de D-Wave, IonQ, ou encore Rigetti.

L'interface permettant d'accéder à Amazon Braket

L’interface permettant d’accéder à Amazon Braket. Source : AWS

En parallèle de ce nouveau service, la création du AWS Center for Quantum Computing a été annoncée. Ce centre est basé non loin du California Institute of Technolgy (Caltech). L’objectif est d’y concevoir du matériel pour les ordinateurs quantiques, tout en dirigeant plusieurs programmes de recherche sur le sujet.

Dans un futur plus ou moins proche, l’informatique quantique devrait permettre de réaliser des calculs extrêmement complexes en un temps record. Ainsi, nous lui fournirons des quantités astronomiques de données afin qu’elle réalise des projections en quelques secondes que même les meilleures IA et les meilleurs ordinateurs sont incapables de faire en plusieurs jours. Sur ce domaine, la firme Google a annoncé, puis réaffirmé, avoir atteinte la « suprématie quantique ». De son côté IBM est également en avance sur Amazon Web Services et d’autres acteurs, et avait même tenté de minimiser les travaux de son concurrent.