L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) vient de rendre un rapport concernant le futur de l’alimentation marine. Face à l’importante consommation des ressources provenant des océans, la FAO souligne la mauvaise gestion des stocks et propose de nouvelles alternatives pour consommer différemment.

L’océan : une ressource unique

Chaque année, c’est près de 80 millions de tonnes de nourriture qui sont prélevées des océans. La surexploitation de la pêche engendre un déclin énorme du nombre de poissons et remet sévèrement en question les habitudes au niveau du traitement des ressources. Les experts de la FAO ne sont pour autant pas pessimistes et mettent en avant de nouvelles alternatives.

Les denrées issues des océans sont nécessaires à l’homme, en plus d’être source de protéines, elles apportent des d’acides omega-3, de vitamines et minéraux essentiels. Ainsi, la FAO propose de se tourner vers des ressources moins exploitées, mais tout aussi avantageuses. Au sein de ses recommandations, on trouve les krills, de petites crevettes présentent dans les eaux froides ou encore les espèces mésopélagiques.

Des changements alimentaires pour préserver notre planète

Pour répondre aux besoins alimentaires de 2050, la production de viande devra atteindre 500 millions de tonnes. Un chiffre important qui impacte énormément l’environnement. Aux yeux de la FAO, l’exploitation des océans devrait plutôt se concentrer sur l’aquaculture avec des espèces qui ne dépendent pas d’intrants alimentaires supplémentaires. La production de bivalves s’élève aujourd’hui à 15,3 millions de tonnes, mais pourrait atteindre 768 millions de tonnes si l’industrie se concentrait dessus.

Un point intéressant est souligné, la nourriture provenant des océans produit 20 fois moins de CO2 que la viande. Les mollusques et les poissons pélagiques pourraient être les nouveaux moteurs de l’industrie alimentaire. Quand certains scientifiques mettent au point des bactéries dévoreuses de CO2, d’autres cherchent à modifier les habitudes durement ancrées pour sauver notre planète.