C’est un invraisemblable fiasco qui pourrait avoir des conséquences politiques. Une enquête interne a été ouverte au Parlement irlandais pour comprendre comment l’institution a pu dépenser plus d’un million d’euros pour une imprimante dernier cri… trop massive pour rentrer dans les locaux et qui a nécessité de coûteux travaux d’adaptation.

L’imprimante, de marque Komori, avait été livrée en décembre 2018. 2,1 mètres de hauteur, 1,9 mètre de largeur pour une facture de 808 000€. Problème : les calculs n’étaient pas bons et les locaux du Parlement se sont révélés inadaptés pour accueillir le mastodonte. Il a donc fallu démolir certains murs et encastrer une partie de la structure du bâtiment afin que l’imprimante ait l’espace nécessaire pour fonctionner. Des travaux qui ont coûté la modique somme de 236 000€.

Et ce n’est pas fini. En attendant de finir ces travaux, il a bien fallu garder la bête quelque part. Des frais de stockage de 2 000€ par mois, soit au total 12 000€, sont venus s’ajouter à la facture. L’imprimante a finalement été installée avec 10 mois de retard le 28 septembre dernier. La machine doit notamment permettre d’imprimer les bulletins que distribuent les députés dans leur circonscription.

Une fois installée, l’imprimante maudite connaît une nouvelle déconvenue : les salariés refusent de l’utiliser pour des raisons de sécurité. Un syndicat de travailleurs du Parlement exige qu’une évaluation des risques soit effectuée avant sa mise en route. Le syndicat demande également à ce que les personnes amenées à l’utiliser obtiennent des augmentations de salaire.

Une imprimante de marque Komori.

Une imprimante de marque Komori.

Les Irlandais ne savent pas s’ils doivent s’amuser ou s’indigner de cette situation. « C’est incompréhensible pour la majorité des gens qu’une imprimante de cette taille ait pu être commandé par des gens très professionnels et qu’ils n’aient pas bien mesuré les dimensions de la pièce », a expliqué à la télévision irlandaise le député du Sinn Féin David Cullinane.

Les députés incrédules se demandent pourquoi le Parlement a investi dans une si coûteuse nouvelle imprimante alors que l’institution en possédait déjà deux. Raison avancée par l’administration : les deux imprimantes d’ancienne génération tombaient souvent en panne et n’étaient pas eco-friendly. La nouvelle machine est censée durer au moins une décennie.

Ce “printer-gate” réveille les critiques sur l’incapacité chronique de l’administration irlandaise à maîtriser ses budgets, explique The Guardian. Les coûts de construction d’un hôpital pour enfants à Dublin ont sérieusement dérapé, dépassant les 2 milliards d’euros, contre 800 millions d’euros prévus. La semaine dernière, le gouvernement a présenté un plan de 3 milliards d’euros pour le haut débit rural, un plan dont le coût initial était de 500 millions d’euros.