BBC News a révélé le 27 novembre qu’Apple Maps, Météo (iOS), ainsi que Google Maps font apparaître la Crimée comme un territoire russe sur les smartphones utilisés en Russie depuis mars 2019.

Début 2014, à la faveur de la révolution ukrainienne, aussi appelée révolution de Maïdan, et suite à la destitution du président Ianoukovytch, la Russie s’est emparée de la Crimée où se trouve notamment une base militaire à Sébastopol.

Une grande partie de la communauté internationale s’est à l’époque insurgée contre ce qu’elle a estimé être une violation du droit international. C’est à la suite de cet événement que la Russie a été exclue du G8 devenu G7. Aujourd’hui la position officielle de l’Union européenne et des États-Unis est de toujours considérer l’acte d’annexion comme illégal.

Pourtant pour Google et Apple, la Crimée est bien russe, à condition de se trouver en Russie. D’ailleurs elle apparaît comme une région « neutre » depuis la France. Sur la carte de Google Maps, les frontières sont marquées par des traits épais noirs et les régions par des pointillés fins. La frontière entre la Crimée et l’Ukraine bénéficie de son propre type de représentation avec des pointillés épais noirs.

Impression écran Crimée

Screenshot Google Maps

Le porte-parole de Google, relayé par TechCrunch, a déclaré à ce propos : « Nous faisons tout notre possible pour représenter objectivement les régions contestées, et là où nous avons des versions locales de Google Maps, nous suivons la législation locale en affichant les noms et les frontières. »

Apple a fait un choix similaire à Google, hors Russie la région est neutre. Les représentants de la marque à la pomme ont négocié en vain pour convaincre les autorités russes de laisser la carte telle quelle dans ses applications météo et maps.

La Douma, le parlement russe, s’est félicitée que « La Crimée et Sébastopol apparaissent désormais sur les appareils Apple en tant que territoire russe » et qu’ainsi une « inexactitude » avait été « finalement supprimée ».

La BBC rapporte que Vassili Piskaryov, le président de la commission de sécurité et de lutte contre la corruption à la Douma a déclaré que désormais Apple respectait la constitution russe. Il a ajouté que présenter la Crimée comme Ukrainienne était non conforme à la législation russe.

Apple a déjà été pris à supprimer des applications et un emoji, en marge des événements à Hong Kong, pour se faire bien voir de la censure chinoise. Ce mois-ci Tim Cook a même confessé que « La Chine ne nous a pas vraiment mis la pression » pour prendre cette décision. Le PDG avait défini la ligne de conduite d’Apple il y a deux ans de cela en affirmant « Quand vous allez dans un pays et participez au marché, vous êtes soumis aux lois et règlements de ce pays. Vous n’apportez pas les lois et les règlements que vous aimeriez y trouver, que vous voulez y trouver. Vous avez les lois et règlements de ce pays ».

Tim Cook avait justifié cette ligne en expliquant « votre choix est de participer ou de rester sur la touche et de crier sur la façon dont les choses devraient se passer ? Mon point de vue est que vous vous présentez et que vous participez. Vous entrez dans l’arène, parce que rien ne change jamais de la ligne de touche ». Une explication plutôt maladroite, car il est légitime d’imaginer qu’Apple s’intéresse davantage au profit qu’à changer de l’intérieur des régimes autoritaires comme la Chine et la Russie.