Le paiement sans contact, via une application tierce sur smartphone ou une carte bancaire, est de plus en plus utilisé dans les transports en commun. Bien que le paiement sans contact soit un succès en France, c’est encore mieux chez certaines compagnies de bus anglaises :  les passagers sont devenus très adeptes du NFC.

Chez FirstGroup, 45% des passagers payent leur titre de transport en sans contact

FirstGroup est une compagnie de bus qui propose des lignes locales en Angleterre. Selon ses dirigeants, si 43% des paiements des titres de transport ont été faits en espèces, 45% le sont via un mode sans contact, depuis un smartphone ou une carte bancaire. Cette pratique est une évolution notable qui s’inscrit dans la logique de l’entreprise qui souhaiterait devenir une société sans paiement en espèces.

Le paiement sans contact n’est pas rare en Angleterre : la capitale anglaise connaît elle aussi cette pratique. Dans le métro, dans les bus : il est possible de voyager directement grâce à sa carte bleue. Plus généralement, la technologie NFC semble de plus en plus adoptée dans les transports en commun du monde entier.

L’usage du NFC dans les transports en France

L’Île-de-France programme la fin du ticket papier pour 2021, soit dans deux ans à peine. L’appli Navigo Lab qui viendrait ensuite mettre un terme au pass Navigo à puce est en cours de validation, cela passe d’ailleurs par des expérimentations sur smartphone. D’ores et déjà, il est possible d’acheter et d’utiliser des titres de transport de la RATP, en utilisant son smartphone.

D’autres villes, comme Grenoble ou Rouen ont choisi le ticket de transport par sms, via un numéro court et surtaxé : l’utilisateur n’a qu’à indiquer à ce numéro « 1 » pour avoir un ticket d’une heure, il reçoit en retour son titre de transport qui est directement débité sur la facture de son opérateur mobile, plus besoin de monnaie ni de carte bleue. Et dans ce cas, posséder un smartphone doté d’internet n’est même pas indispensable puisque cela se passe par sms.

Enfin, d’autres villes comme Lyon ont vu le déploiement du paiement de leur titre de transports sur smartphone bien plus récemment. À Lyon, cela concerne pour l’heure uniquement les utilisateurs Android, et seulement depuis le mois d’octobre. Pour être en mesure de voyager en utilisant directement sa carte bleue, il faudra encore attendre quelques années : cette fonctionnalité n’est pas prévue avant 2022 à Lyon.

Le nombre de voyage verra son tarif « billet unique » passer directement au tarif journalier, dès lors que ce sera plus avantageux pour le voyageur. Elle permettra, par exemple, lors de l’achat avec son smartphone de plusieurs billets 1h, d’être basculé au tarif billet journalier si l’offre est finalement plus avantageuse pour l’usager.

 

Les avantages du NFC dans les transports en commun

L’utilisation du mode de paiement NFC dans les transports en commun possède bien des avantages :

L’interaction entre le voyageur et l’organisateur peut être élevée dans la mesure où il est possible d’envoyer des notifications au mobile de l’utilisateur, notamment lorsque le trafic est perturbé.

Les données du voyageur sont plus sécurisées : il peut verrouiller son application et déterminer les paramètres pour y accéder. Cela peut ainsi éviter de nombreuses fraudes. Via une carte, il est possible de bloquer un abonnement, de le désactiver notamment, tandis qu’un abonnement papier perdu peut toujours être utilisé.

L’organisme qui gère les transports peut observer les habitudes de son client et lui proposer une offre plus adaptée.

Sans borne ni guichet, les coûts d’exploitation sont réduits : plus besoin nombreux agents aux guichets, plus d’attentes aux caisses et le nombre de tickets papier est réduit, c’est là un aspect écologique.