C’est une véritable surprise. La Chine qui devait initialement inscrire le minage des cryptomonnaies sur une liste des activités à bannir dans l’empire du milieu, décide finalement que cette activité peu prospérer. Les mineurs chinois se réjouissent de cette nouvelle rapportée par le South China Morning Post.

La Chine recule face au développement des cryptomonnaies

En avril, la nouvelle avait fait le tour du monde. À l’époque, la Chine était convaincue que l’exploitation à grande échelle du Bitcoin était très nuisible pour l’environnement. D’ailleurs le Bitcoin n’est pas la seule ressource dont le pays souhaitait stopper la production, le charbon et d’autres industries polluantes faisaient aussi partie des matières premières qui ne seront plus exploitées dans les années à venir en Chine.

Dans le cadre de ce plan qui devait permettre de lutter contre les industries à forte consommation d’énergie, la Chine prévoyait d’inscrire le minage des cryptomonnaies sur une liste des activités à éliminer. La version définitive de cette grande planification est plus nuancée que prévu : le minage disparaît des sujets de préoccupation du gouvernement chinois. Aujourd’hui, le pays concentre 70% des activités minières mondiales. Les mineurs chinois célèbrent prudemment cette nouvelle. Voici un reportage tourné en 2015 dans une “ferme” chinoise :

Le minage a encore un avenir radieux en Chine

Certains spécialistes des tendances numériques en Chine estiment qu’il faut rester prudent car le gouvernement pourrait très vite revenir avec de nouvelles mesures encore plus strictes pour éradiquer le minage des cryptomonnaies. Pour mieux comprendre le minage, il faut savoir que les mineurs sont des utilisateurs de la blockchain dont le rôle est de valider les transactions qui circulent à l’intérieur.

Il existe 3 types de mineurs, ceux qui le font en solo, ceux qui le font en groupe, on parle dans ce cas d’un pool de mineurs, et puis enfin des mineurs “professionnels” ou en tout cas qui ont développé un réel business autour du minage. C’est lors des opérations de minage que de nouveaux Bitcoins sont créés, ils sont attribués au mineur qui a réalisé la validation du bloc.

Comment le pays va-t-il réglementer cette industrie ?

Actuellement en Chine, certaines mines font fonctionner des centaines de milliers d’ordinateurs 24 heures sur 24. Des opérations qui nécessitent d’énormes quantités d’électricité. La Chine tente de faire des efforts pour réduire son empreinte carbone et la surpression de cette activité industrielle devait logiquement aller dans ce sens. Si la Chine domine le marché du minage, c’est notamment grâce à un approvisionnement en électricité bon marché. L’Inde et les États-Unis sont les concurrents directs de la Chine mais ne représentent pourtant que 4% et 1% du minage mondial.

Pour Wang Hongyi, un mineur qui gère des centaines de milliers d’ordinateurs dans les provinces du Sichuan et du Shaanxi, ainsi que dans les régions autonomes du Xinjiang et de Mongolie intérieure : “la décision du gouvernement a semé la confusion chez de nombreux mineurs sur sa position exacte. Le minage semble passer d’une activité à éliminer à une activité tolérée. Nous sommes convaincus que les frais d’électricité vont augmenter, le gouvernement va forcément proposer une nouvelle réglementation dans ce sens”.