La Russie se referme encore un petit peu plus sur elle-même. Une nouvelle loi protectionniste vient d’être votée. Elle vise à interdire les appareils électroniques qui ne comportent pas de logiciels russes pré-installés. Attention, la loi ne veut pas dire que les appareils d’autres pays ne peuvent pas être vendus avec leurs logiciels habituels, il faudra simplement installer des “alternatives” russes.

Les logiciels des appareils électroniques seront remplacés

Le gouvernement russe n’a jamais été très fan des technologies étrangères, qu’elles soient américaines, chinoises ou européennes. Pour marquer le coup, le pays vient de voter une loi qui interdit la vente d’appareils électroniques ne comportant pas de logiciels russes. Parmi les appareils concernés nous retrouvons les smartphones, les ordinateurs portables, les tablettes, les téléviseurs, les enceintes connectées… Bref, des objets qui composent notre quotidien en 2019.

Dès juillet 2020 cette nouvelle loi entrera en vigueur. Pour les observateurs il y a un véritable risque que les entreprises étrangères se retirent du marché russe. D’après l’Association des sociétés commerciales et des fabricants d’appareils électroniques russe (RATEK) : “il n’est pas possible d’installer des logiciels de fabrication russe sur tous les appareils électroniques et le fait que les sociétés internationales quittent le marché russe à cause de cette loi n’est pas une bonne chose pour notre pays.

La Russie se referme un peu plus sur elle-même

Certains s’inquiètent de la surveillance que pourrait mener la Russie avec une telle mesure. Des logiciels administrés par le gouvernement pourraient en effet servir d’espions. L’un des rapporteurs de cette loi, Oleg Nikolaïev, précise que : “lorsque nous achetons des appareils électroniques complexes, ils ont déjà des applications individuelles, la plupart occidentales, pré-installées. Quand on observe cela, on pourrait penser qu’il n’y a pas d’alternative nationale possible. Et si, en plus des applications pré-installées, nous proposerons des logiciels russes aux utilisateurs. Ils auront le droit de choisir”. Le droit de choisir, vraiment ?

Cette nouvelle loi débarque seulement quelques semaines après le vote pour un “Internet souverain” en Russie. Une autre mesure qui referme un peu plus le pays sur lui-même. Désormais, le gouvernement russe a le pouvoir de bloquer l’accès au contenu, de l’intérieur ou de l’extérieur de la Russie “en cas d’urgence”. Vous vous en doutez : c’est au gouvernement russe de décider s’il s’agit d’un cas de force majeure ou non. Officiellement la Russie espère pouvoir lutter contre les cyberattaques grâce à cette nouvelle loi. On se demande jusqu’où ira le pays avec de telles mesures protectionnistes.