L’évolution constante de l’intelligence artificielle nous permet désormais de résoudre des mystères historiques. Une IA est ainsi parvenue à déterminer quelles parties d’une pièce de Shakespeare n’avait pas été écrite par le célèbre auteur, mais par John Fletcher, autre grand nom de la dramaturgie britannique.

Mais qui a écrit Henry VIII ?

En 1850, soit plus de 200 ans après la mort de William Shakespeare, un analyste littéraire nommé James Spedding a remarqué de grandes similitudes entre les pièces de John Fletcher et Henry VIII de Shakespeare, notamment dans les mots et les expressions utilisées. Depuis, de nombreux historiens et analystes tentent de comprendre quelles parties de l’œuvre ont été rédigées par Fletcher, et la tâche est loin d’être facile.

Alors que certains n’arrivent pas à s’entendre, d’autres ont suggéré qu’un troisième dramaturge nommé Philip Massinger avait collaboré avec Shakespeare sur cette pièce. Aujourd’hui, il semblerait que le mystère soit enfin résolu grâce à une intelligence artificielle basée sur le machine learning.

La technologie au service de l’art et de l’Histoire

Petr Plecháč, chercheur à l’Académie tchèque des sciences, basée à Prague, a ainsi entraîné une IA à reconnaître les styles de chacun des auteurs. Pour cela, il suffit de former l’algorithme avec les travaux d’un auteur : il sera ensuite capable de reconnaître le style de celui-ci sur un texte qu’il ne connaît pas. Après avoir exercé l’IA sur cinq pièces de Shakespeare, il en a fait de même sur cinq pièces de Fletcher.

Lorsque l’algorithme était prêt, il l’a laissé analyser l’intégralité de la pièce Henry VIII. Ce dernier a confirmé les prédictions de James Spedding : Fletcher aurait rédigé près de la moitié de la pièce. L’IA est d’ailleurs d’une précision chirurgicale, elle a ainsi pu déterminer que dans l’acte III, scène 2, les deux dramaturges ont collaboré à partir de la ligne 2081, avant que Shakespeare ne reprenne le flambeau dès la ligne 2200, comme l’explique Technology Review. En revanche, aucune trace du travail de Philip Massinger n’a été détectée.

Ces recherches démontrent le rôle qu’ont les IA à jouer pour les historiens. Si elles sont le plus souvent associées à des technologies du futur, elles peuvent également nous aider à percer d’anciens mystères. En outre, le domaine de l’art peut largement bénéficier de l’évolution des IA et de la technologie. Récemment par exemple, des chercheurs sont parvenus à révéler une œuvre cachée de Léonard De Vinci grâce à des capteurs infrarouges.