Il existe différentes formes de streaming sur YouTube, mais celle-ci semble inédite. Après avoir repris l’hôtel de sa grand-mère, Tetsuya Inoue, âgé de 27 ans s’est demandé comment il pourrait faire évoluer le modèle économique de l’hôtel. Sa solution : le streaming, comme le dévoile CNN.

1$ la nuit d’hôtel en acceptant de voir sa vie en live sur YouTube

Vendre moins cher une chambre d’hôtel et miser sur la visibilité et la monétisation de YouTube, c’est le pari fou du jeune homme. C’est ainsi que Tetsuya Inoue a commencé à vendre des nuits à 100 ¥, ce qui équivaut à 1 dollar américain. En échange, le pensionnaire doit accepter d’être filmé et de voir son passage à l’hôtel retransmis en direct sur la chaîne YouTube de l’hôtel.

Le nouveau propriétaire l’assure : « les jeunes de nos jours ne se soucient guère de la vie privée. Certains d’entre eux disent qu’il est acceptable d’être surveillé pendant une journée », ainsi être en live sur YouTube et payer juste 1$ n’est pas un problème.

Cependant, pour l’homme de 27 ans, cela n’est pas rentable : les chambres à 1$ sont une perte de temps pour l’instant. En effet, il doit dans un premier temps atteindre que les abonnés de sa chaîne YouTube cumulent à eux tous, 4 000 heures de visionnages. Cela lui permettra ensuite d’ajouter de la publicité sur les livestream. Cela sera alors une nouvelle source de revenus pour l’hôtel.

Quatre clients en un mois

En un mois et avec quatre clients seulement, Tetsuya Inoue a dépassé les 11 000 abonnés sur sa chaîne. Il faut aussi préciser que lorsque l’hôtel n’accueille pas de clients, le propriétaire se filme lui-même depuis son domicile.

Depuis le lancement des nuits à 1$, quatre personnes se sont prêtées au jeu. Elles ont pu préserver un minimum de vie privée : en effet, le live n’était que vidéo, leurs conversations ou appels téléphonique n’ont ainsi pas été retransmis en direct.

L’hôtel se trouve dans la ville de Fukuoka au Japon, une ville d’ailleurs désignée comme incontournable par CNN en 2019.

Reste maintenant à savoir si suffisamment de gens acceptent de réduire la protection de leur vie privée pour que leur nuit à l’hôtel soit publiée en direct, mais aussi si ils seront suffisamment pour que cela aide économiquement l’hôtel.