Certaines lunes du Système solaire interpellent grandement la curiosité des scientifiques. L’océan présent sous leur immense couche de glace est en effet susceptible d’abriter la vie… mais comment s’y rendre ? Des chercheurs de la NASA ont développé BRUIE, un petit rover capable d’explorer ce qui se trouve sous la glace, et qui va très bientôt être testé en Antarctique.

Le rover va explorer des lunes gelées

Europe, l’une des lunes de Jupiter © Wikimédia / NASA / Jet Propulsion Lab-Caltech / SETI Institute

Des océans lunaires

Encelade, Europe, Titan… Ces noms ne vous disent peut-être rien, mais ils sont les endroits les plus susceptibles d’abriter une vie extraterrestre dans le Système solaire. Ces lunes, qui orbitent autour de Saturne et Jupiter, sont en effet recouvertes d’immenses couches de glace, épaisses de 10 à 19 kilomètres pour Europe et Encelade. Toutefois, c’est ce qui se trouve sous cette glace qui intrigue les scientifiques. On y trouve en effet des océans où les conditions pourraient être réunies pour le développement de la vie.

Ces environnement sont toutefois très hostiles pour l’Homme, c’est pourquoi les chercheurs s’attèlent à la confection de robot et de rovers capables d’explorer de tels mondes. La NASA est par exemple en train de développer un robot tout-terrain qui peut aussi bien voler que nager pour l’exploration de Titan. L’Agence spatiale teste également un petit rover spécialement conçu pour évoluer sous la glace.

Résister aux courants et économiser l’énergie

Baptisé BRUIE, pour Buoyant Rover for Under-Ice Exploration, ce robot est en cours de développement depuis 2012 par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA, situé à Pasadena en Californie. Il est capable de flotter à la limite entre l’eau et la glace, et d’utiliser ses roues afin de s’y déplacer. Comme l’explique Andy Klesh, ingénieur qui travaille sur le projet, “la vie se trouve souvent aux limites, aussi bien au fond de la mer qu’à la limite entre la glace et l’eau”.

C’est là toute la complexité de ce rover, car cette zone est particulièrement difficile à explorer, notamment à cause du courant ou du taux d’énergie nécessaires pour se maintenir à cette position. BRUIE s’accroche à la glace grâce à ses roues, et il est aussi capable de se mettre en mode veille afin d’économiser son énergie, et de ne s’allumer que lorsqu’il doit prendre une mesure. Ainsi, le rover pourrait théoriquement rester dans l’eau pendant des mois.

Faire ses preuves en Antarctique

Il a déjà été testé dans un lac situé en Arctique, mais cette fois-ci, il va devoir faire ses preuves en Antarctique. Les scientifiques prévoient de creuser dans glace afin de le placer dans des conditions réelles, et de tester ses instruments. Il va par exemple mesurer des paramètres nécessaires au développement de la vie tels que la salinité, la température de l’eau ou encore le taux d’oxygène. Si les premiers tests sont concluants, les chercheurs ajouteront d’autres outils sur le robot.

Cette phase de test pourrait durer un bon bout de temps : les scientifiques resteront en Antarctique jusqu’à ce que BRUIE soit capable de rester sous la glace durant des mois. D’ailleurs, la NASA est actuellement en train de concevoir la sonde Europa Clipper, qui devrait partir explorer Europe, satellite de Jupiter, en 2020. Et si elle pouvait quitter la Terre avec BRUIE à son bord ?