Volvo vient de dévoiler son premier bus autonome. En travaillant sur ce prototype avec l’entreprise de transport public Keolis, le constructeur automobile suédois espère bien apporter une solution fiable pour améliorer les transports en commun.

Un bus autonome pour fluidifier les dépôts

Il mesure 12 mètres de long, ressemble à un bus ordinaire mais a une particularité : il n’a pas de chauffeur à son bord. Lors de sa démonstration, Volvo a tenu à souligner que son projet n’a pas pour vocation à remplacer les humains mais plutôt à améliorer l’efficacité et la sécurité des transports en commun. À ce propos, Håkan Agnevall, président de Volvo Buses, précise que :

“Il s’agit d’une étape très importante dans notre développement d’un parc automobile autonome. Nous venons de démontrer avec succès les avantages commerciaux qu’une telle solution peut apporter dans un dépôt de bus. Notre bus autonome peut apporter de nombreux avantages : une plus grande fluidité, une productivité plus élevée, une réduction de risques de collision pour une sécurité accrue.”

L’autonomie à tous les niveaux

Volvo mise beaucoup sur les véhicules autonomes mais aussi sur l’infrastructure qui les accompagne. En effet, le constructeur automobile suédois a imaginé une solution innovante et également autonome pour recharger ses véhicules. Comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous, avec OppCharge, Volvo permet à ses véhicules autonomes de se mettre en position de charge de manière autonome. Personne n’aura à brancher un câble électrique au véhicule pour le recharger.

Volvo développe un bus autonome.

Crédit : Volvo

Ce n’est pas tout : pour toujours rester propre le bus peut aussi se diriger vers un centre de lavage pour un petit nettoyage. Évidemment ce processus n’est pas totalement autonome dans la mesure où un humain doit ordonner au bus de réaliser telle ou telle action. Imaginez : demain, le manager d’un dépôt de bus aura simplement à appuyer sur les boutons d’un écran pour gérer sa flotte de bus.

Il faudra patienter un petit peu… Ce bus autonome n’est pas encore prêt pour débarquer sur nos routes. Quoi qu’il en soit, cette démonstration est une preuve supplémentaire que les transports autonomes vont s’immiscer lentement mas sûrement dans notre vie. Håkan Agnevall ajoute que :

“Nous sommes encore loin de voir des autobus entièrement autonomes sur les routes publiques, mais comme les dépôts d’autobus sont des zones confinées avec des flux de circulation prévisibles et répétitifs, nous pensons que nos bus autonomes pourraient y être utilisés beaucoup plus tôt. Travailler avec Keolis nous a donné cette opportunité unique de tester un bus autonome en conditions réelles et nous aidera à faire avancer le développement des solutions autonomes”.