Après avoir été bousculé par une lettre d’investisseurs d’Uber, Travis Kalanick annonçait, en juin 2017, le départ de son poste de président et directeur général de la société. Aujourd’hui, l’entrepreneur semble vouloir réduire ses liens avec l’entreprise : en effet, Bloomberg a dévoilé que l’ancien directeur d’Uber s’est séparé d’une partie de ses actions la semaine dernière. Avec 20% en moins, il ne détient désormais plus que 78 millions d’actions dans la société, soit 4,6% des parts de celle-ci, ce qui ne représente pas moins de 3,7 milliards de dollars.

Une séparation d’Uber progressive

Même s’il ne fait plus partie des dirigeants d’Uber, l’entrepreneur siège toujours au conseil d’administration de l’entreprise. À côté de cela, l’ancien président est aujourd’hui à la tête d’un fond d’investissement nommé « 10100 ».

Parmi ses objectifs, on retrouve l’investissement dans l’immobilier, dans le commerce en ligne, et dans des innovations émergentes en Inde et en Chine. Désormais CEO de la société City Storage System, l’homme d’affaires n’a pas tardé à se séparer d’une partie de ses actions Uber, cela dès la fin de la période de blocage des ventes anticipées d’action imposée aux administrateurs et aux investisseurs de la société, en mai dernier.

D’Uber à Cloud Kitchen: la vente de services continue

Travis Kalanick était à la tête d’Uber qu’il a créé en 2009, avec Garrett Camp, jusqu’en 2017, année où il a quitté la société après de larges accusations sur sa gestion de celle-ci. Aujourd’hui, l’entrepreneur, qui fait partie des plus importantes fortunes dans le domaine des technologies continue d’investir. Il change de branche et souhaite proposer aux restaurants « des cuisines fantômes » localisées dans des entrepôts qu’il rachète. Ce nouveau projet s’adapte particulièrement aux restaurateurs qui préparent des repas destinés aux services de livraison et aux foodtrucks.

Pour ce projet, l’entrepreneur s’est offert, dans un premier temps, la direction de City Storage System, une société immobilière. Ceci, pour la somme de 150 millions de dollars. Il mise désormais sur sa toute dernière acquisition, Cloud Kitchens, une filiale de City Storage System, une entreprise de l’industrie alimentaire. Cette dernière aurait reçu, selon Bloomberg, un financement de 400 millions de dollars de la part du fonds d’investissement public saoudien. Cloud Kitchens possèderait pour l’heure des entrepôts aux États-Unis, en Inde, en Chine ou encore au Royaume-Uni.

Bientôt la fin entre Kalanick et Uber ?

Si aucune raison n’a été dévoilée publiquement, voilà qui pourrait laisser penser que la vente de 20% de ses actions, représentant un montant d’environ 547 millions de dollars, pourrait permettre à Travis Kalanick de poursuivre ses investissements et le développement de ses nouveaux projets.

Du côté d’Uber, les actions continuent de perdre de la valeur. Au moment de l’entrée en bourse, en mai dernier, une action valait 47$, contre 27$ aujourd’hui, donnant à l’entreprise une valeur marchande de 45 milliards de dollars seulement, contre 70 il y a quelques mois. Reste à voir si la baisse continue de l’action incitera l’ex PDG à vendre ses actions plus rapidement que prévu, ou au contraire, retarder l’échéance.