Il y a un an, Facebook lançait “Brand Collabs Manager”, plus connu sous le nom de Facebook Creator Studio, censé faciliter les partenariats entre les annonceurs et les influenceurs. Jusqu’ici réservé aux utilisateurs logeant aux États-Unis, au Canada, et au Royaume-Uni, cet outil de monétisation des contenus est, depuis le 6 novembre 2019 accessible dans 40 autres pays, et comporte de nouvelles caractéristiques.

Le partenariat facilité

Ce gestionnaire de collaborations de marque permet aux créateurs et personnalités publiques d’être repérés pour participer à des partenariats sponsorisés, peut-on lire sur le site de Facebook. Le principe est simple : entrer en contact avec des annonceurs qui souhaitent profiter des relations des influenceurs ou créateurs, ainsi que de leurs abonnés pour promouvoir leurs produits et services, en échange de quoi ces derniers reçoivent une rémunération.

Depuis le 6 novembre, cet outil est ouvert à une quarantaine de pays et reçoit quelques modifications et améliorations : les critères d’éligibilité s’élargissent tandis que les utilisateurs pourront profiter d’un « studio de création amélioré » ainsi que de nouvelles fonctionnalités Instagram et Traffic Source Insights. Enfin, Updates to Stars sera également disponible pour recevoir le soutien des visiteurs de la page : les statistiques de suivi, de partages, de publications recommandées et payées, seront ainsi passées en revue.

Capture écran statistiques

Crédit : Facebook

Les annonceurs et les créateurs/influenceurs, seront ainsi en mesure d’établir avec plus de précision la manière dont le contenu de leur page touche les visiteurs. De nouvelles données de visualisation seront inclues dans Creator Studio (appelé Traffic Source Inisghts), permettant ensuite d’optimiser la distribution du contenu.

Catpure écran tableau statistiques

Crédit : Facebook

De nouvelles fonctionnalités permettront également aux annonceurs de publier du contenu sur Instagram à partir du bureau. Avec les comptes Tag Instagram, les créateurs peuvent facilement trouver des photos et des publications dans le carrousel. Les tags seront visibles une fois les articles publiés, et les utilisateurs verront apparaître « Partenariat avec [l’annonceur en question] » dans l’en-tête de la publication.

Les marques ainsi nommées pourront voir la portée et l’engagement de ces publications dans leur page Facebook Insights. Les créateurs pourront quant à eux poster des commentaires sur Instagram afin de gérer leur communauté de manière plus précise, indique Facebook.

Pour finir, il sera désormais possible de distribuer des « étoiles » pendant la diffusion des vidéos en direct, postées par les créateurs. Ceux-ci auront la possibilité de fixer le nombre d’étoiles qu’ils souhaitent atteindre, aussi leurs « fans » auront tout le loisir de les aider à atteindre cet objectif s’ils le souhaitent.

Pour rappel, chacun nécessite d’avoir un minimum de 1000 abonnés, et d’avoir reçu 15 000 engagements sur ses publications, 180 00 minutes de visionnage, ou 30 000 visualisations d’une minute pour bénéficier des services proposés par Brand Collabs Manager. Son expansion s’étendra à d’autres pays dans les mois à venir, a annoncé Facebook.

Ce n’est plus un secret, l’heure est à la transformation digitale et aux algorithmes permettant de mesurer la satisfaction des clients, et programmer un service personnalisé. C’est en tout cas ce qu’on peut lire dans toutes les prédictions d’études marketing, et ce passage semble être devenu une priorité pour bon nombre d’entreprises, notamment d’ici 2020.

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant qu’une plateforme comme Facebook améliore ses fonctionnalités pour faciliter le partenariat entre les entreprises et les créateurs/influenceurs, devenus indispensables, car moins coûteux voire plus efficaces que les campagnes de publicité telles qu’elles existaient il y a peu. Ces systèmes permettent sur le long terme une meilleure personnalisation du client, et une meilleure visualisation des attentes. La communication et la publicité dépendent aujourd’hui du ciblage de la clientèle. Il suffit pour cela d’observer les domaines jusqu’ici très prisés par les annonceurs : les services télévisuels, pour ne pas les citer, tenter de mettre en place des partenariats avec des plateformes comme Facebook, mais également des systèmes permettant la publicité segmentée.