Méconnu en Europe, surpuissant en Chine, Baidu signe un bilan supérieur aux attentes pour son troisième trimestre, rapporte l’agence de presse britannique Reuters.

Le géant chinois de la recherche, véritable Google local, réussit peu à peu à se diversifier en s’implantant en autres dans le secteur de la VoD, et ce au travers d’un service baptisé iQIYI. Très proche de ce que propose Netflix sous nos latitudes et populaire auprès de la jeunesse chinoise, iQIYI s’est illustré dans le dernier bilan de Baidu en générant presque 7% de revenus en plus vis-à-vis de l’année dernière, à 7,4 milliards de yuans (1,06 milliard de dollars), mais aussi en passant la barre des 105,8 millions d’abonnés courant septembre.

Le trafic observé sur l’application iQIYI est également en hausse de 25%, grâce à une initiative de Baidu : offrir aux utilisateurs des programmes au format plus court. “Les changements que nous avons initiés commencent à porter leurs fruits“, a d’ailleurs noté Robin Li, président de Baidu, dans une lettre destinée à circuler en interne mais consultée par Reuters.

Un bilan malgré tout contrasté pour Baidu

Reste que le tableau global n’est pas entièrement idyllique pour la firme, qui doit notamment faire avec un cœur de métier (la recherche) en baisse de 3% le 30 septembre dernier, date de clôture pour le troisième trimestre du groupe. De quoi compromettre toute perspective de croissance. Les revenus globaux enregistrés se limitent ainsi à 28,08 milliards de yuan, soit autant que l’année dernière durant la même période. On reste toutefois devant les estimations des analystes, qui misaient pour leur part sur 27,49 milliards de yuans.

Baidu rapporte par ailleurs une perte nette de 6,37 milliards de yuans sur ce Q3 2019, due en grande partie décrochage généré par ses investissements en capitaux. Reuters souligne toutefois que que le Q3 2018, ce segment rapportait 12,40 milliards de yuans à la firme.

Pour son quatrième trimestre, Baidu prévoit un revenu compris entre 27,10 et 28,70 milliards de yuans, tandis que les analystes, eux, tablent sur 27,52 milliards.