En partenariat avec le New York Times, Adobe et Twitter tentent de créer une nouvelle technique qui permettra d’améliorer l’authenticité des contenus. Cette dernière est baptisée Content Authenticity. À l’approche des présidentielles américaines, ils cherchent un moyen de rassurer les internautes en leur certifiant la véracité d’un contenu.

Garantir l’authenticité des contenus en ligne

Un nouveau système d’attribution du droit d’auteur pourrait bien voir le jour dans les mois à venir. Twitter et Adobe imaginent un nouvel outil qui certifiera l’auteur d’un contenu (visuel, photo, vidéo, enregistrement audio, article) et précisera si des modifications y ont été apportées depuis sa création. Les deux entreprises estiment que : “notre capacité d’attribuer correctement un contenu à son créateur et aux éditeurs est essentielle pour garantir la confiance et la transparence en ligne”.

L’idée serait donc de permettre aux auteurs de certifier leurs contenus, ce qui pourrait limiter les risques de plagiat. Pour Marc Lavallee, directeur de la recherche et du développement du New York Times : “nous devons absolument lutter contre la désinformation en ligne en aidant les internantes à discerner les nouvelles de confiance sur les plateformes et les médias numériques”. Grâce à des “étiquettes d’attribution”, Adobe et Twitter veulent donner plus de crédit au travail des créateurs de contenus.

L’un des défis majeurs du 21ème siècle

Adobe a déjà présenté un prototype de cet outil sur Photoshop lors de la dernière conférence Adobe Max, mais il n’est certainement pas définitif et aucune date de sortie n’a pour le moment été précisée. Dans l’idée, ce système pourrait ressembler à celui des “badges vérifiés” sur les réseaux sociaux mais étendu à l’ensemble des contenus présents sur Internet. À ce propos, Facebook semble prendre le chemin inverse : le réseau social a récemment annoncé qu’il supprimerait les badges gris qui permettaient aux entreprises de certifier leur authenticité.

Les participants qui tentent de relever ce défi organiseront un sommet pour faire le point sur le système à venir, au cours des prochains mois. Malgré quelques actions entreprises par les géants du web (parfois critiqués pour leur inefficacité) pour améliorer l’authenticité des contenus, aujourd’hui nous n’avons quasiment pas de garantie sur leur légitimité ou sur leur origine.

Pour Dana Rao vice-présidente exécutive d’Adobe : “avec la prolifération du contenu numérique, les gens veulent savoir que le contenu qu’ils voient est authentique. Même s’il s’agit d’un véritable défi, nous sommes ravis de défendre l’adoption d’un système d’attribution de contenu à l’échelle de l’industrie, aux côtés du New York Times et de Twitter”.