Une équipe de chercheurs de l’Université de chimie et de technologie, issu de l’Institut de chimie organique et de biochimie de Prague sont en train de mettre au point un robot pour lutter contre la présence d’uranium. Ce robot microscopique serait capable de nettoyer les eaux usées en récupérant l’uranium resté dans celles-ci.

La technologie au service de l’environnement

Ces robots microscopiques sont fabriqués à partir de minuscules structures organométalliques composées d’oxyde ferroferrique magnétique et de platine catalytique. Chaque robot est environ quinze fois inférieur à la taille d’un cheveu humain. Le mouvement du micro-robot est possible grâce à la platine. Cet outil est finalement un catalyseur qui vient déclencher la décomposition du peroxyde d’hydrogène en présence d’eau.

Grâce à cette réaction, le robot créé des bulles qui lui permettent de se déplacer dans les eaux usées. Pour récupérer les particules, les chercheurs ont mis au point un système aimanté, qui vient attirer directement les micro-robots chargés en uranium. La composition en fer des nanoparticules d’uranium permet une compatibilité avec les aimants.

Une prouesse scientifique

En testant leurs micro-robots, les scientifiques ont pu observer que 96% de l’uranium présent dans les eaux ciblées avait disparu, en seulement une heure. La réussite est immense et le projet pourrait être développé à grande échelle. La problématique dépend de l'ampleur des espaces touchés par les catastrophes radioactives. Un robot peut collecter jusqu’à 0,0776 nanogrammes d’uranium, il faut donc établir en amont le nombre de micro-robots nécessaires à la zone visée.

La préservation de notre éco-système est une priorité mondiale, de nombreuses associations se mobilisent. The Ocean Cleanup a réussi à déployer son dispositif pour nettoyer le plastique des océans. En désinfectant les eaux usées, ces scientifiques pourraient apporter une aide importante dans la lutte contre la pollution des espaces naturels.