Des rumeurs couraient depuis plusieurs mois mais cette fois-ci c’est officiel : Google a fait l’acquisition de Fitbit pour la somme de 2,1 milliards de dollars, soit 1,88 milliard d’euros.

Google a été plus ambitieux que Facebook

Un autre mastodonte technologique aurait aussi pu racheter Fitbit. En effet, Facebook était aussi sur le coup d’après The Information. Google tenait absolument à acquérir le fabricant de montres connectées puisque la société a affirmé être en mesure de doubler la somme proposée par Facebook. Avec ce rachat, Google espère bien pouvoir concurrencer l’Apple Watch et étoffer son offre de produits connectés.

C’est très clair : en rachetant Fitbit, l’entreprise américaine veut avoir un produit ayant la capacité de faire de l’ombre à Apple. Google l’a parfaitement compris : le marché des montres intelligentes est en train d’exploser et Apple y contribue largement. Apple a su faire d’une simple montre connectée un véritable bijou qui se vend extrêmement bien. La firme de Cupertino mise énormément sur ce produit. Il n’est pas impossible qu’un jour les montres connectées puissent remplacer totalement les smartphones.

Fitbit n’avait pas trouvé le bon modèle pour concurrencer les poids lourds du marché. Google espère bien relancer la machine et développer une nouvelle offre sur ce marché très prometteur. De nombreux spécialistes s’accordent à penser que la montre connectée pourrait vivre l’essor que le smartphone a connu il y a quelques années.

Des données de santé pour un meilleur ciblage publicitaire ?

Doit-on s’inquiéter de voir un géant technologique comme Google acquérir un fabricant de montres connectées qui collecte des données de santé depuis des années ? On pourrait se demander si Google ne va pas synchroniser ces données pour proposer des annonces publicitaires encore mieux ciblées. Nos habitudes sportives ou notre rythme cardiaque sont autant d’indices dont pourrait se servir l’entreprise technologique pour améliorer son ciblage publicitaire.

Comme on sait que Facebook était également intéressé pour racheter Fitbit, on peut aisément penser qu’il y a énormément de données à récupérer, à analyser et à utiliser pour affiner le ciblage publicitaire. Fitbit était une marque très populaire et des millions de personnes ont utilisé ses produits pendant plusieurs années. Aucun doute : les données ont été soigneusement conservées. Pourtant Facebook n’était pas prêt à surenchérir. Le groupe de Mark Zuckerberg n’est pas encore prêt à sauter le pas pour se positionner sur le marché des montres connectées.