Avec le développement de cette nouvelle intelligence artificielle capable de tromper la reconnaissance faciale, le Facebook AI Research (FAIR) espère pouvoir lutter contre les deepfakes. Grâce à une technique de machine learning, le système fonctionne même sur les vidéos en direct.

Facebook : nouveau défenseur de notre vie privée ?

Alors que Facebook est impliqué dans un gigantesque procès qui pourrait le contraindre à verser 35 milliards de dollars (31,5 milliards d’euros) à 7 millions d’habitants de l’Illinois, à cause de ses pratiques de reconnaissance faciale, l’entreprise continue de travailler sur cette technologie. En effet, Facebook vient de mettre au point un système de “dépersonnalisation” de pointe qui fonctionne sur les vidéos en direct. En modifiant les principales caractéristiques faciales d’une personne sur une vidéo en temps réel, l’intelligence artificielle peut tromper les systèmes de reconnaissance faciale.

Facebook met au point une IA capable de tromper la reconnaissance faciale.

Crédit : Facebook AI Research

Des technologies similaires ont déjà vu le jour dans le passé, mais aucune d’entre elles n’a jamais été aussi performante. Le fait que le système du Facebook AI Research puisse tromper les systèmes de reconnaissance faciale en direct est une grande première. Les chercheurs à l’origine de cette découverte ont précisé à Venturebeat que : “la reconnaissance faciale peut entraîner des entraves à notre vie privée et les technologies de remplacement du visage peuvent être utilisées à mauvais escient pour créer des vidéos trompeuses, appelées deppfakes”.

Facebook met au point une IA capable de tromper la reconnaissance faciale.

Crédit : Facebook AI Research

Un outil pour lutter contre les deepfakes ?

Vous l’aurez compris, Facebook veut lutter contre ces fameuses deepfakes. Cette technique d’intelligence artificielle consiste à superposer des images et des vidéos existantes sur d’autres images et/ou vidéos pour faire dire ce qu’on veut à n’importe qui. De nombreux spécialistes s’inquiètent de l’ampleur qu’elles peuvent prendre durant la campagne des élections présidentielles américaines à venir. Pour Facebook : “l’abus de cette technologie invoque la nécessité de comprendre les méthodes qui permettent de traiter avec succès la dépersonnalisation de l’identité. Notre contribution est la seule capable de traiter la vidéo en direct”.

Pour le moment Facebook ne prévoit pas d’utiliser cette intelligence artificielle dans l’un de ses produits. En revanche cette découverte pourrait bien influencer les technologies qui débarqueront prochainement sur le réseau social. Néanmoins, Facebook espère pouvoir utiliser cette IA pour empêcher que de fausses informations soient diffusées dans des deepfakes. Il convient de préciser que pour l’instant, les deepfakes sont majoritairement utilisés pour créer des contenus pornographiques. Seules 4% des vidéos publiées le sont dans un cadre politique, et bien souvent humoristique.