Revenons sur les outils qui ont révolutionné ce domaine et les dernières tendances.

Les plateformes en ligne : une révolution

Le marché des actions a connu un boom au XXe siècle. Mais il était à l’origine réservé à des professionnels, qui opéraient selon des horaires de bureaux. L’arrivée d’Internet a permis de digitaliser cette pratique, sans encore la démocratiser. Le premier logiciel d’achat et de vente d’actions, appelé NAICO-NET, a existé dès 1982. Mais le grand krash boursier de 1987, accompagné de la Guerre du Golfe et d’une récession, a ralenti les entousiasmes, pour un temps.
D’ici au milieu des années 1990, les plateformes ont continué de se moderniser, avec l’émergence de logiciels d’ampleur comme Trade*Plus. Au milieu des années 90, on estimait que 20% de la population des Etats-Unis avait investi dans des actions. Ces nouveaux outils ont permis des performances plus immédiates et le développement de nouvelles stratégies comme la technique du swing trading. La modernisation des plateformes a petit à petit permis aux investisseurs de choisir des délais encore plus courts, notamment avec le day trading et le scalping. L’offre s’est étoffée : d’ici à la fin de 2000, on comptait déjà plus de 140 courtiers en ligne.

Des ressources éducatives de plus en plus complètes

Les volumes de transaction ont vraiment commencé à exploser à partir du début des années 2000, ce qui a correspondu à l’arrivée des ordinateurs personnels dans tous les foyers. Chacun pouvait maintenant être connecté, et donc utiliser un outil de trading depuis chez-lui. La vraie démocratisation s’est fait à ce moment. Les plateformes de trading ont commencé à ne plus proposer uniquement des outils pour les initiés, mais également à former ces nouveaux arrivants. Un débutant souhaitant devenir trader pouvait ainsi apprendre les bases de cette discipline, y compris l’analyse technique et le vocabulaire employé, directement sur ces nouvelles plateformes.

Le casual trading : un domaine en plein développement ?

En 2019, l’offre de trading en ligne s’est multipliée, avec un nombre très important de courtiers disponibles 24h/24. La plupart attirent de nouveaux clients avec des frais d’entrée très bas, voire inexistants. En parallèle, les plateformes de trading s’adressent maintenant à un nouveau public : les casual traders, c’est-à-dire les investisseurs – souvent jeunes – qui souhaitent construire leur portfolio sans en faire leur activité principale.
Cela a donné les nouvelles tendances du trading actuel. Le trading social permet d’investir en communiquant avec d’autres utilisateurs. Quant au copy trading, il permet à des investisseurs débutants de copier le portfolio des traders confirmés, afin d’être accompagnés. L’avènement des applications mobiles, qui permettent de surveiller les cours et de placer des ordres instantanément, a également beaucoup contribué à cette démocratisation.

En 2020, ces tendances devraient donc continuer à se populariser. Les traders continueront à délaisser les logiciels de trading pour des offres exclusivement sur navigateur ou mobile. Et l’arrivée de nouveaux produits d’investissement, comme le prêt en pair à pair ou les crypto-monnaies, devrait diversifier encore l’offre.