Faut-il abandonner totalement le projet ? Facebook s’est probablement posé cette question. À défaut de laisser complètement tomber la Libra, le réseau social pourrait bien modifier totalement le fonctionnement de sa cryptomonnaie pour tenter de la (re)lancer.

Un pivot est-il envisageable à ce stade ?

Depuis quelques semaines la monnaie virtuelle de Facebook connaît des revers magistraux. Les poids lourds qui soutenaient le projet ont quitté le navire. C’est notamment le cas de PayPal, Visa, Mastercard, eBay ou encore Booking. Et si la Libra pivotait ? Il y a quelques jours, le directeur de la Libra Association, David Marcus, a annoncé que l’objectif de la Libra était de créer un meilleur système de paiement. Il se dit clairement ouvert à des approches alternatives à la structure originale du projet.

D’après Reuters, Facebook pourrait finalement utiliser différentes cryptomonnaies basées sur les monnaies nationales. Dans les projets initiaux, un panier standard aurait dû être fixé par la Libra Association. Pour les spécialistes du sujet, ce plan aurait pu s’avérer très dangereux et les autorités ont finalement décidé de retarder le projet au maximum, jusqu’à ce que Facebook puisse justifier d’un contrôle plus strict de sa cryptomonnaie. Entre temps, vous connaissez l’histoire, de nombreuses entreprises ont quitté le navire. Les investigations poussées des autorités gouvernementales ont eu raison de leur motivation.

L’agilité : une compétence essentielle chez Facebook

David Marcus explique que : “nous pourrions faire les choses différemment : au lieu d’avoir une unité synthétique, nous pourrions avoir une série de monnaies stables, une monnaie stable en dollars, une monnaie stable en euros, une monnaie stable en livres sterling, etc. Ce qui nous importe le plus, c’est notre mission et je suis persuadé qu’il y a plusieurs façons d’y parvenir. Nous devons faire preuve de beaucoup d’agilité”.

Mark Zuckerberg doit s’exprimer le 23 octobre devant le Congrès américain. Les législateurs américains attendent beaucoup de cette audience baptisée “An examination of facebook and its impact on the financial services and housing sectors”. Les représentants du gouvernement américain espèrent bien en profiter pour mettre à mal le patron de Facebook sur le développement de sa cryptomonnaie. De son côté, Mark Zuckerberg devra rassurer car il sait pertinemment que ce moment pourrait bien marquer un tournant majeur pour la Libra.